Actualité

Des nouvelles de Bernard Stamm

VENDEE GLOBE 2012/2013 - INDIAN OCEAN - 17/12/2012 - PHOTO BERNARD STAMM (SUI) / CHEMINEES POUJOULAT
© Bernard Stamm / Cheminées Poujoulat / Vendée Globe

Ça fait deux jours que je n’ai pas mis le ciré, c’est agréable. La peau respire de nouveau et la température commence à remonter. Il fait beau et on peut faire sécher les habits et le bateau. Il y a trois jours, au niveau des îles Falkland, j’ai eu le maximum de vent que j’ai pu avoir sur le Vendée Globe ; un passage de front bien musclé. Derrière ça, lorsque le vent a molli, c’était un peu le rodéo avec les vagues.
Avec le temps qu’il fait maintenant, il y a moyen de bien faire le tour du bateau, de réparer des petits trucs et continuer de réparer les gros trucs. Là, le bateau se porte bien. J’ai bientôt récupéré tout ce que je pouvais récupérer.

La navigation hors course, je pense que de toute façon ça change quelque chose mais j’essaie quand même de naviguer au mieux et j’ai toujours des concurrents autour, alors moi, je fais ma petite course de mon côté. Et puis, il y a une autre réalité. L’autonomie je l’ai retrouvée au niveau du fuel, par contre j’ai toujours la même autonomie au niveau nourriture, il ne faut pas que je traîne. J’avais embarqué 82 jours pleins et un peu de rab au cas où ça traînerait. Je ne suis pas en manque de nourriture mais quand même, je n’en ai pas pour 120 jours.

Côté moral, c’est sûr que ça a pu être compliqué, mais je ne l’ai jamais perdu. Il ya eu des passages difficiles, mais j’ai fait cette course quand même. Le mât n’est pas tombé, je n’ai pas perdu la quille... J’ai eu des soucis techniques, mais globalement c’est un bateau qui est très performant et qui n’est vraiment pas loin d’être utilisable à 100 %. C’est juste dommage ces problèmes techniques.

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016