Actualité

La grande débandade de l’Atlantique

Jean Le Cam
© Vincent Curutchet/Dark Frame/SynerCiel

Depuis 5 jours, le sud de l’Atlantique n’est pas tendre avec Jean Le Cam (5e sur SynerCiel), Mike Golding (6e sur Gamesa), Javier Sanso (7e sur Acciona), Dominique Wavre (8e sur Mirabaud) et Arnaud Boisisères (9e sur Akéna Vérandas). Non pas que les conditions soient difficiles, mais par la nécessité de trouver le bon passage pour gagner dans le nord. Alors depuis 5 jours, quelques choix ont été faits par ces hommes. À l’ouest, Jean Le Cam est en approche de Rio. Au pointage de ce matin, Jean se situe à 140 milles des célèbres plages dans un flux de nord-est d’une vingtaine de nœuds. Une route encore plus à l’ouest que celle empruntée par Alex Thomson 4 jours plus tôt. Un virement de bord devrait bientôt être envoyé pour regagner dans le nord-est. 350 milles plus au sud, Arnaud Boissières est sur le même choix mais dans des conditions plus délicates car le vent devrait mollir dans les prochaines heures. Un virement est également prévisible pour Cali. Au centre, sur une route intermédiaire, Dominique Wavre est lui aussi au près dans un vent de nord est de 10-15 nœuds tandis qu’à l’est, deux hommes font une route parallèle, cap au nord-est dans un vent de nord nord-est de 10-15 nœuds. Gamesa et Acciona sont actuellement à 120 milles de distance avec toujours un léger avantage pour Javier Sanso qui revient inexorablement sur le britannique. Dans deux ou trois jours, la route de ces marins pourraient se croiser et un premier bilan pourra être tiré. Alors qui des hommes de l’ouest, du centre ou de l’est arriveront à croiser devant ?

Un pot sympathique pour Banque Populaire

1275 milles devant Jean Le Cam, Alex Thomson navigue à 80 milles de Fernando de Noronha et 320 milles de l’équateur dans un flux de sud-est de 15 nœuds. Les milles défilent vite pour Hugo Boss qui reprend chaque jour des dizaines de milles (149 milles). Une situation quasi-identique pour Jean Pierre Dick qui pointe toujours à la troisième place du classement général. Virbac Paprec 3 (150 milles de gagné) a désormais 436 milles de retard sur François Gabart et 356 sur Armel Le Cleac’h.

De son côté, Banque Populaire qui vient de passer sa première journée en Atlantique nord, peut remercier Eole de sa générosité dans le Pot au noir. Si François Gabart a connu un Pot au noir assez actif, Armel l’a avalé assez rapidement, ne laissant que peu de miettes dans l’histoire. En 48 heures, Armel a gagné 168 milles et sa sortie imminente du Pot devrait stabiliser cet écart. Depuis quelques heures, Macif navigue hors du Pot  et fait désormais route au près dans un flux de nord-est d’une dizaine de nœuds. Une situation qui va accompagner les premiers quelques jours.

L’autoroute pour De Broc, De Lamotte et di Benedetto

Si cinq solitaires ont bien du mal au milieu de l’Atlantique sud, deux hommes dans le sud de cet Atlantique ont le champ libre pour la remontée. Accompagnés depuis le cap Horn par un flux généreux en force et en direction, 25-30 nœuds de sud-ouest, VNADM avec EDM Projets et Initiatives Cœur naviguent vite et bien et réduisent l’écart à chaque classement. Une situation quasi-identique pour le dernier homme du Pacifique. Alessandro di Benedetto est actuellement à 240 milles du cap Horn. Dans environ 18 heures, le skipper de Team Plastique laissera le Pacifique dans son dos et aura l’Atlantique pour s’exprimer.

TCa.

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016