Actualité

Armel freine… Thomson en profite !

Hugo Boss, skipper Alex Thomson (GBR) at start of the Vendee Globe, in Les Sables d'Olonne, France, on November 6th, 2016 - Photo Jean-Marie Liot / DPPI / Vendee GlobeHugo Boss, skipper Alex Thomson (GBR) au départ du Vendée Globe, aux Sables d'Olonne l

« Le Pot au Noir s’étend, j’espère qu’Armel aura des difficultés à le traverser. Ensuite l’Atlantique Nord créera des opportunités, j’en ai bien besoin ! » explique Alex Thomson à 235 milles ce soir de l’impérial Armel Le Cléac’h en tête depuis le 3 décembre. La bagarre n’est donc pas prête de se terminer au vu de l’activité du Pot au Noir bien étalé en latitude comme en longitude. Flashé à 20 nœuds tandis que Banque Populaire VIII affiche péniblement 8 nœuds de moyenne, le Gallois se montre plein d’espoir pour recoller au Breton. Quant à Jérémie Beyou, il a parfaitement maîtrisé sa remontée de l’Atlantique Sud et profite ce soir d’un alizé plus tonique lui permettant d’accélérer. Il est fort à parier que les écarts vont se réduire entre les trois premiers et qu’à la sortie de la Zone de Convergence Intertropicale la régate en tête aura un autre visage, sans compter que les marins et les bateaux accusent le coup après deux mois de mer ! Une véritable course d’endurance se déroule en ce moment…

Le roi Jean défie Sainte-Hélène
« Je suis vraiment impressionné par la performance de Jean (Le Cam), qui a réussi à se remettre dans le bain. Il a démontré une belle prestance. » soulignait hier Jean-Pierre Dick. Le skipper de Finistère Mer Vent affiche en effet une vitesse toujours supérieure à ses camarades de jeu et donne finalement le rythme. Yann Eliès avouait que s’il avait été seul il n’aurait probablement pas poussé son bateau comme il le fait. Les trois Mousquetaires se tiennent en 20 milles, sachant que StMichel-Virbac, avec son décalage à l’Ouest pourrait jouer un bon coup évitant les tentacules de l’anticyclone de Saint Hélène. Pour l’heure, Jean Le Cam est quatrième. Quel match après près de 20 000 milles parcourus ! Dernier concurrent à avoir passé le Horn (mercredi dernier), Louis Burton, 7e, se fait secouer comme un prunier au large de l’Argentine : 45 nœuds non prévus par les fichiers et une nuit entière à manœuvrer ses voiles…

Grand froid dans les mers du Sud
On le sent, les 11 marins du Pacifique Sud (à part Sébastien Destremau au corps-mort en Tasmanie) souffrent du froid et du manque de soleil. Si Romain Attanasio s’est réchauffé avec un bon cassoulet, Fabrice Amedeo ne quitte plus sa grenouillère en polaire et Rich Wilson vit avec un bonnet et trois couches de polaires. Autant dire que les moments où il faut bricoler sur le pont, comme l’a fait Didac Costa pour réparer sa grand-voile, relèvent de la bravoure. Les marins luttent malgré les 5 000 calories avalées par jour. Côté classement, Eric Bellion, 10e, se rapproche de Conrad Colman pénalisé par sa grand-voile qu’il ne peut plus hisser au-delà du troisième ris. Alan Roura, 13e, doit se frotter les mains : il réduit l’écart avec Fabrice Amedeo diablement ralenti dans une dorsale ! « Ca stimule de naviguer avec eux. En ce moment, c’est l’accordéon, mais c’est marrant d’être aussi loin sur le parcours et aussi proches les uns des autres. » racontait ce midi Arnaud Boissières 11e. C’est marrant, mais également rassurant dans ces contrées proches du point Némo, le point de la planète le plus éloigné de toutes terres…

Olivia Maincent / M&M

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016