Actualité

CommeUnSeulHomme attendu ce soir sur la ligne

Photo sent from the boat Comme Un Seul Homme, on January 21st, 2017 - Photo Eric BellionPhoto envoyée depuis le bateau Comme Un Seul Homme le 21 Janvier 2017 - Photo Eric BellionSunset front Brazil

A 13h02 ce midi, les dix marins encore en course entameront leur 100e jour de mer. Eric Bellion (CommeUnSeulHomme, 9e) sera le dernier à conserver un temps de course à deux chiffres, puisqu’il est attendu sur la ligne entre 21h et minuit ce lundi soir 13 février. En moins de 100 jours, donc. Au beau milieu du golfe de Gascogne, à la latitude du bassin d’Arcachon, Eric affronte encore des vents forts de 35 à 40 nœuds, mais ce vent de secteur Sud va mollir progressivement au fur et à mesure de son approche des Sables d’Olonne, qui ne sont plus qu’une centaine de milles devant son étrave. La bonne nouvelle est qu’Eric Bellion a réussi à hisser de nouveau sa grand voile hier soir, à trois ris, et qu’il file maintenant à 11 nœuds vers une magnifique 9e place qu’il n’aurait jamais osé imaginer avant le départ.

On espère une bonne nouvelle de Conrad Colman dans les heures qui viennent également. Le directeur de course Jacques Caraës pense en effet que le jeune Néo-Zélandais pourrait réussir à établir un gréement de fortune ce matin, « après avoir bricolé sa bôme ». Conrad veut absolument boucler ce tour du monde. Il faut surveiller la progression de Foresight Natural Energy sur la cartographie : après avoir dérivé de 40 milles vers le Sud tout le week-end suite à son démâtage, sa route pourrait donc redevenir approchante vers le but. Conrad a eu sa femme au téléphone qui nous a confirmé ce matin : "Conrad a finit les réparations cette nuit sur la bôme, le composite est en train de sécher avec une couverture de survie et des patchs chauffants. Il essayera de lever la bôme dans la matinée s'il estime que la réparation est suffisamment sèche et solide."

Le 11e, Arnaud Boissières, n’est plus que 90 milles dans le Sud-Est du Kiwi, au large du Sud Portugal, et tout va bien pour lui. La Mie Câline reçoit du vent d’Ouest de 15 nœuds qui va adonner vers le Sud-Ouest en forcissant à 20 nœuds : tout favorable, donc. Fabrice Amedeo en revanche semble un peu lent ce matin, Newrest-Matmut est toujours 12e, mais il peine à dépasser les 7 nœuds et est désormais 240 milles derrière La Mie Câline. A surveiller aussi.

Nouvel arrêt technique pour Sébastien Destremau ?

Quasiment 900 milles plus au large, à 300 milles des Açores, le benjamin de la course Alan Roura (La Fabrique, 13e) se plaignait hier après-midi de conditions pour le moins instables : « C’est du grand n’importe quoi : ils ont coupé le ventilateur ! Il y a 20 minutes, j’avais 30 noeuds et là j’ai 2 noeuds de vent… puis ça monte à 25 noeuds d’un coup puis ça retombe... c’est chouette ! » Il lui reste un peu plus de 1500 milles à couvrir, soit grosso modo une semaine de course, avec ce dernier obstacle compliqué qu’est la trajectoire à choisir pour le passage des Açores où s’affrontent deux systèmes météo. Tout va bien pour l’Américain Rich Wilson (Great American IV) : 500 milles derrière Alan Roura, il marche à 12 noeuds au beau milieu de l’Atlantique, à la latitude des Canaries. Il lui reste 2000 milles à couvrir.

En revanche, c’est plus laborieux 350 milles derrière Rich pour les duettistes Didac Costa et Roman Attanasio, respectivement 15e et 16e : One Planet-One Ocean et Famille Mary-Etamine du Lys sont “scotchés double face” ce matin, encalminés dans une bulle sans vent qui entraîne des chiffres de progression faméliques : une quinzaine de milles avalés seulement ces quatre dernières heures!  Il va falloir être patients. De la patience, il en faudra aussi pour Pieter Heerema (No Way Back, 17e), quasiment arrêté lui aussi, mais dans le Pot au noir, à 3000 milles de l’arrivée. Il devrait sortir aujourd'hui de la Zone de Convergence Intertropicale. Enfin, Sébastien Destremau (TechnoFirst-FaceOcean, 18e) est gêné par une voie d’eau dans son compartirment moteur, alors qu’il est en train de contourner la corne du Brésil, à 4200 milles des Sables d'Olonne. Sébastien pourrait faire un nouvel arrêt technique pour pouvoir plonger sous son bateau, probablement dans l’archipel de Fernando De Noronha, qu'il devrait atteindre dans trois jours. Et ce n'est pas le seul pépin du week-end pour Sébastien, qui a également déchiré une grande voile d'avant : son J2.

BM / M&M

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016