Actualité

100 jours de mer...

Photo envoyée depuis le bateau Foresight Natural Energy le 13 Février 2017 - Photo Conrad Colman
© Conrad Colman (DR)

Qu’avez vous fait depuis cent jours et cent nuits ? Les neuf marins encore en course, eux, ont navigué. Seuls. A 13h02 ce mardi midi, cette barre symbolique va donc tomber. Conrad Colman sera-t-il reparti sous gréement de fortune ? C’est une des questions d’actualité. Et vous savez quoi ? On vous parie non seulement qu’il va réussir, mais aussi que son gréement de fortune vaudra le coup d’œil et de jolies photos. Car le Kiwi est du genre perfectionniste et voilà trois jours et quatre nuits maintenant qu’il laisse dériver son Foresight Natural Energy démâté au grand large de Lisbonne pour travailler sur l’affaire, reconstituer sa bôme (voir photo ci-dessus), créer un nouveau gréement, respecter les temps de séchage. Réfléchit. Travaille. Avec la détermination de celui qui veut boucler à tout prix son tour du monde. « Cette nuit, Conrad a découpé sa grand voile » témoigne Jacques Caraës, le directeur de course, « il n’est pas encore reparti, mais je le sens bien pour aujourd’hui… et le vent de Sud est favorable ». Croisons les doigts pour Conrad ! Fabrice Amedeo (Newrest-Matmut, 12e) devrait le frôler et le dépasser aujourd’hui… peut-être pour un message d’encouragement au passage ? Nous verrons bien. "Conrad a le moral", assure sa femme Clara qui assure sa communication.

Arnaud Boissières attendu jeudi aux Sables

Pendant ce temps, à la latitude de Porto, c’est Arnaud Boissières qui mène la flotte des neuf bateaux encore en mer. Tous les voyants sont au vert pour le skipper de La Mie Câline : le vent de Sud devrait tenir une soixantaine d’heures et lui permettre de boucler le Top Ten en prenant la dixième place aux Sables d’Olonne. Ce sera probablement pour après-demain jeudi, puisque "Cali" (c'est le surnom de ce marin adopté par toute la ville des Sables d'Olonne) n’a plus que 500 milles à couvrir. Pour ces trois bateaux qui naviguent au plus près des côtes portugaises, la situation météo est assez claire : du vent portant, de secteur Sud.
On ne peut pas en dire autant pour ceux qui ont opté pour le grand tour par l’Ouest. Rich Wilson (Great American IV, 14e) le disait dans un message cette nuit : « Après avoir eu du vent incroyablement instable et pas du tout prévu, j’ai de nouveau du bon vent d’Ouest et je vais mettre deux jours à aller aux Açores. Mais la situation météo ensuite est très complexe… » Les Açores, Alan Roura (La Fabrique, 13e) y est déjà. Il est quasiment à la même latitude que Conrad Colman et Fabrice Amedeo… mais 800 milles plus au large. Et ça change tout car la route retour vers Les Sables est en effet très compliquée, avec des petites dorsales anticycloniques à négocier et donc la promesse de vents erratiques pour progresser tant bien que mal vers l’Est.
Plus au Sud, 900 milles plus « bas » que les Açores, la situation s’est considérablement améliorée en revanche pour l’Espagnol Didac Costa (One Planet One Ocean, 15e) qui a retrouvé un bon vent de Sud-Ouest. Au point qu’il a même pris un ris dans sa grand voile… et distancé un peu Romain Attanasio (Famille Mary-Etamine du Lys, 16e), lequel a désormais une centaine de milles d’avance sur lui (pour mémoire, le bateau de Romain n’a plus qu’une seule dérive). Didac qui se dit aussi « impatient de recevoir de bonnes nouvelles de Conrad ».
Il y a du mieux aussi pour Pieter Heerema (No Way Back, 17e), qui semble se sortir enfin des tentacules du Pot au Noir avec des vitesses de l’ordre de 10 nœuds ces toutes dernières heures. Pieter est passé sous la barre des 3000 milles restant à parcourir d’ici l’arrivée. C’est celle des 4000 que franchira aujourd’hui Sébastien Destremau (TechnoFirst-FaceOcean, 18e). Sébastien marche à 10 nœuds dans le Sud-Est de Recife et il est à environ 570 milles de l’archipel Fernando de Noronha où il veut faire un arrêt technique, probablement jeudi, pour tenter de résoudre son problème de voie d’eau. Quand Arnaud Boissières arrivera aux Sables d’Olonne, lui sera donc encore de l’autre côté de l’Atlantique, au Brésil.

BM/M&M

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016