Actualité

Colman fait route, Boissières à 60 milles des Sables

Photo sent from the boat Foresight Natural Energy, on February 15th, 2017 - Photo Conrad Colman

Photo envoyée depuis le bateau Foresight Natural Energy le 15 Février 2017 - Photo Conrad Colman

Conrad a eu des petits soucis à la base de sa bôme avec une pièce qui s'écrasait donc il vient de finir la réparation. Voilà la photo tant attendue. Il est en train de s'attaquer au tourmentin, ça va le fa

Arnaud Boissières (La Mie Câline) est tout proche du but mais il doit s’armer de patience dans un final marqué par des conditions légères. Sa progression n’a pas été rapide la nuit dernière et il avance ce matin à 6 nœuds dans un léger flux d’Est qui le contraint à tirer des bords. Arnaud est toujours attendu sur la ligne d’arrivée entre ce soir (à partir de 22h) et demain matin. Son ETA (Estimated Time of Arrival) sera affinée dans la matinée.

Grosse frayeur pour Fabrice Amedeo
Fabrice Amedeo (Newrest-Matmut) est passé au Nord du DST (Dispositif de Séparation de Trafic) au cap Finisterre. C’est alors qu’un cargo ne lui a pas répondu à la VHF. Peu manoeuvrant en raison de sa faible vitesse, Fabrice est passé tout proche de la collision. Plus de peur que de mal pour le skipper de Newrest-Matmut qui s’est tout de même fait une belle frayeur. Comme quoi, même après le DST il y a du trafic… D’ici son arrivée prévue samedi, Fabrice ne devrait pas naviguer dans des vents supérieurs à 15 nœuds.
© Alan Roura - La Fabrique / Vendée GlobeAlan Roura (La Fabrique) profite d’un bon vent de Sud (20 à 25 nœuds) pour débouler à 15 nœuds. Ces bonnes conditions vont perdurer jusqu’à demain après-midi. Les milles vont défiler et même si le vent s’annonce plus léger sur la fin, Alan peut raisonnablement espérer arriver dimanche. Il a confié sa joie dans un message du bord envoyé hier soir : « Si nos bateaux sont fatigués, on l’est nous aussi. On a bouffé un tour du monde, avec des machines pour certains, le bateau de leurs rêves pour d'autres. Ma victoire sera d'arriver quand j'arrive, de passer cette ligne en essayant de garder ma place. Alors j'aurai eu mes trois victoires de mon Vendée Globe : prendre le départ, le finir et donc le gagner. La Bigoudène est en tête de sa flotte, en tête des bateaux de sa génération, pour moi c'est aussi une très belle victoire. »

Conrad Colman pourrait arriver aux Sables en fin de semaine prochaine
Conrad Colman (Foresight Natural Energy) a mangé son pain noir mais il peut être fier ce qu’il a accompli même si rien n’est encore joué. Sous gréement de fortune, à 700 milles de l’arrivée, il fait cap au Nord-Est dans un vent de Sud de 10 à 15 nœuds qui lui permet de progresser à une moyenne de 3 nœuds, avec des pointes à 4 nœuds. Ce flux de Sud devrait l’accompagner jusqu’au cap Finisterre. On peut envisager une arrivée aux Sables d’Olonne dans 8 à 10 jours.
Rich Wilson (Great American IV) navigue en avant d’une dépression, à quelques dizaines de milles des Açores. Il profite d’un bon flux de Sud-Ouest et devrait passer entre les îles. Il navigue sur une mer moins formée que ses deux poursuivants, Didac Costa (One Planet One Ocean) et Romain Attanasio (Famille Mary-Etamine du Lys). Sous l’influence de la même dépression, ces deux marins subissent en effet une mer forte, surtout Didac (vagues de 5 à 6 mètres). Mais l’Espagnol est toujours plus rapide que le Français et l’écart se creuse encore…
Pieter Heerema (No Way Back) arrive à la latitude du Cap-Vert. Ca déroule pour le skipper hollandais, dans des alizés de Nord-Est de 20 nœuds. Pieter commence à imaginer la meilleure solution pour contourner l’anticyclone des Açores. Cette question n’est pas encore d’actualité pour Sébastien Destremau (TechnoFirst-faceOcean) qui pourrait arriver à Fernando do Noronha à la mi-journée. Rappelons qu’il compte se mettre au mouillage pour réparer une voie d'eau par ses propres moyens. A suivre !

OB / M&M

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016