Actualité

Alex Thomson : « J’espère toujours devenir le premier Britannique à gagner le Vendée Globe ! »

Finish arrival of Alex Thomson (GBR), skipper Hugo Boss, 2nd place of the sailing circumnavigation solo race Vendee Globe, with Union Jack's flag, in Les Sables d'Olonne, France, on January 20th, 2017 - Photo Jean-Marie Liot / DPPI / Vendee Globe

Arrivée

Alex, quel a été ton programme depuis ton arrivée aux Sables d’Olonne, le 20 janvier dernier ?
« Je viens de revenir de mes vacances en famille, en croisière dans les  Caraïbes, et je suis de retour au bureau pour préparer notre prochaine campagne. Auparavant, j’avais eu beaucoup de travail suite à mon arrivée à la 2e place du Vendée Globe. J’ai répondu à de nombreuses interviews avec les médias et j’ai participé à des réunions avec mes sponsors. »

Avec du recul, comment analyses-tu ta course et notamment ton duel avec Armel Le Cléac’h ?
« J’étais extrêmement déçu quand mon foil s’est cassé lors du 13e jour de course. Je savais qu’il fallait rester positif et concentré sur l’arrivée. Le duel avec Armel a été intense et jusqu’au dernier moment, il y avait la possibilité de le rattraper. »

Quel moment fort retiendras-tu de ta quatrième participation au Vendée Globe ?
« Lorsque l’hélicoptère de la Marine Nationale m’a contacté et a tourné des images dans les mers du Sud, au cœur de l’océan Indien. C’était fabuleux ! Cela faisait du bien de retrouver le contact avec les hommes dans l’un des endroits les plus isolés de la planète. »

« Il est primordial que le Vendée Globe continue à faire sa promotion à l’international »

Ton aventure a-t-elle eu un écho important auprès du public et des médias en Grande-Bretagne ?
« Oui, ma progression dans le Vendée Globe a été très suivie par les médias britanniques. L’intérêt s’est renforcé au fur et à mesure que je m’approchais de l’arrivée et que je réduisais l’écart par rapport à Armel Le Cléac’h. »

© JEAN-MARIE LIOT / DPPI / VENDEE GLOBELe Vendée Globe a touché les spectateurs d’autres pays : la 8ème édition a été très éclectique avec 10 nationalités représentées…
« Effectivement. Et il est primordial que le Vendée Globe continue à faire sa promotion à l’international. Notre équipe est sponsorisée par Hugo Boss et Mercedes-Benz. Ce sont deux grandes sociétés internationales et il est très important que le Vendée Globe soit suivi autour de la planète. »

Quel est ton programme dans les mois à venir ?
« Nous travaillons actuellement sur notre prochaine campagne. Au cours des mois à venir, nous serons concentrés sur la recherche de nouveaux partenariats. Nous espérons mettre en place une équipe gagnante pour regarder vers l’avenir et pour viser la victoire dans le Vendée Globe 2020. J’espère toujours devenir le premier Britannique à gagner l’épreuve ! »

« Mon bateau actuel peut remporter le prochain Vendée Globe »

Envisages-tu la construction d’un bateau neuf dans cette optique ?
« J’envisage toutes les options… Mais je suis convaincu que mon bateau actuel peut remporter le prochain Vendée Globe. Nous avons beaucoup appris lors de la dernière édition et maintenant que la course est derrière nous, nous savons ce qu’il faudrait changer à bord d’Hugo Boss pour le rendre encore plus performant. Je voudrais réaliser plusieurs modifications sur ce plan actuel. Cela permettrait au bateau de rester compétitif au cours des  quatre années à venir. »

Es-tu impatient de retrouver la compétition à bord d’Hugo Boss ?
« Oui je me suis bien reposé après le Vendée Globe. La pression est retombée, je me sens bien physiquement et mentalement. J’ai maintenant hâte de participer à des courses et je prendrai le départ de la Fastnet Race en août. »

Te verra-t-on au départ de la prochaine Transat Jacques Vabre ?
« Je n’ai pas encore pris de décision quant à ma participation à la Transat Jacques Vabre. Je ne sais donc pas qui sera mon co-équipier si je m’aligne au départ. »

Propos recueillis par Olivier Bourbon / M&M

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016