Actualité

Seul au Monde, Sébastien Destremau livre le récit de son tour du monde

Ambiance channel during Finish arrival of Sebastien Destremau (FRA), skipper Technofirst Face Ocean,18th of the sailing circumnavigation solo race Vendee Globe, in Les Sables d'Olonne, France, on March 10th, 2017 - Photo Olivier Blanchet / DPPI / Vendee GlobeArrivée de Sebastien Destremau (FRA), skipper Technofirst Face Ocean, 18ème du Vendee Globe, aux Sables d'Olonne, France, le 10 Mars 2017 -

Sebastien Destremau, 52 ans, 5 enfants et un bateau : TechnoFirst-FaceOcean. 
Une présentation brève, simpliste, car comme il le dit haut et fort, « Il n'a plus rien d'autre. Plus de maison, plus de voiture… » Il ne lui reste que des souvenirs. Les souvenirs de 124 jours passés seul en mer, à se faire ballotter par les vagues. 

Dans son livre, Sébastien dresse l’auto-portrait d'un homme aux mille facettes : une enfance douloureuse, un fils pudique, mais également un être humain épris de liberté. Aujourd’hui vendredi 8 juin, date officielle de sortie de son ouvrage, l’homme qui a bouclé son tour du globe, raconte un défi qui a largement dépassé les raisons de son propre engagement.

Régatier professionnel devenu journaliste, Destremau a toujours su que l'océan était son élément. Depuis son premier bateau, un « corsaire » de 5m50 offert par son père quand il n’avait que 10-12 ans, il a pu savourer la liberté que l'océan apporte à tous ceux qui osent s'y aventurer. « Je ne sais faire que ça », affirme-t-il dans son portrait, « naviguer ». Régatier pendant 25 ans, Sébastien semblait savoir dompter les vagues, mais il confesse n'avoir jamais connu la solitude d'une course sans équipiers, sans escales ni assistance.

124 jours dans l'enfer du Vendée Globe.
Pour autant, ce Vendée Globe, Sébastien l'a souhaité tel un échappatoire à la civilisation, à la société moderne. Sa motivation n'a fait que grandir face à l'immensité de la difficulté de cette course : traverser les 3 océans et les 3 grands caps mythiques.
Dans son autobiographie, le skipper toulonnais livre le récit de sa traversée sans aucun filtre, du rire aux larmes, de l'émerveillement au désespoir... Une introspection touchante dans l'univers d’un skipper qui a courut 124 jours dans ce qu’il nomme "l'enfer du Vendée Globe"

Seul au Monde / Sebastien Destremau, 
Sortie le 8 Juin 2017 - Editions XO

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016