Actualité

Jean-Gabriel Chelala poursuit l’aventure de Conrad Colman

Le passage de Madère par Conrad Colman

À 36 ans, Jean-Gabriel Chelala, aventurier passionné de défis hors normes, s’engage dans la course au large avec une démarche à Énergie Positive. Ingénieur de formation et membre de la Société des Explorateurs Français, il sait de quoi il parle. A la tête d’un groupe d’ingénierie et de conception de 80 personnes (Groupe Thétis), Jean-Gabriel Chelala souhaite mettre ses compétences techniques au service de missions d’explorations engagées : « Se lancer dans des courses au large en considérant que nous pouvons produire plus que l’on ne consomme rajoute une dimension incroyable à ces aventures sportives, techniques et humaines. Dans les années 90, nous parlions de Développement Durable. Les années 2000 ont vues l’émergence des énergies renouvelables. Je suis convaincu que la prochaine décennie sera celle des Énergies Positives. »

L’Energie Positive c’est produire plus que l’on ne consomme…
Durant 4 ans, Jean-Gabriel Chelala souhaite que son bateau soit un véritable laboratoire, afin de tester de nouvelles solutions en matière d’énergie, envisager le recyclage des voiles, reconditionner des matériaux, embarquer des aliments à date de péremption dépassées, faire pousser des salades hors © DRsol et hors terre, sont quelques-unes des premières pistes de recherche. « Même si nous allons utiliser le bateau comme un laboratoire d’idées, pour qu’il soit 100% propre, nous allons forcément dépenser de l’énergie pour mener à bien notre projet. Pour compenser notre empreinte énergétique, nous allons aussi financer des projets à caractère humanitaire, en énergie renouvelable et recyclable. Nous nous sommes donnés comme objectif de ne laisser aucune trace et nous voulons produire plus que l’on ne consomme. »

Un bateau à forte identité écologique 
Le bateau racheté à Conrad Colman fut le premier IMOCA à avoir fait le Vendée Globe en ne consommant aucune énergie fossile. Générateur électrique, panneaux solaires, batteries et hydrogénérateurs, ont permis à Conrad Colman de boucler un Vendée Globe zéro CO2. Un exploit unique pour un bateau qui s’inscrit dans la démarche à Énergie Positive de Jean-Gabriel. 

Amarré encore quelques jours aux Sables d’Olonne, le 60 pieds rentrera très prochainement en chantier pour une remise en état complète en vue des premières phases d’entrainement avec pour objectif, son engagement en course au printemps 2018.

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016