2016 Tour du monde en solitaire sans escale et sans assistance

Articles > Quel budget pour faire le Vendée Globe ?

Quel budget pour faire le Vendée Globe ?

Articles |

  Les temps sont durs pour le sponsoring voile. Et pourtant, le Vendée Globe verra 20 bateaux couper la ligne de départ de 10 novembre prochain. Les budgets de certains skippers sont « ric-rac », et la moyenne est à la baisse.

Commentaires 6

Cheminées Poujoulat 4
© Thierry Martinez / Sea and Co

 

Le budget d'une saison de course à la voile peut paraître énorme. Jugez plutôt : pour la Volvo Ocean Race, un peu plus de 17 millions d'euros de budget annuel pour l'équipe de Groupama ; 4 millions d'euros pour une saison de course pour la nouvelle classe MOD 70 et 2 à 3 millions d'euros par an pour un projet de monocoque 60' Open. Mais à y regarder de plus près, même à son maximum, le budget d’un projet voile n'est rien à côté de celui d'une équipe de foot : près de 150 millions d'euros par an pour un très bon club de L1 ! La comparaison est facile, direz vous…


Idéalement, le Vendée Globe, c’est 5 millions d’euros sur 4 ans (achat du bateau inclus), avec une préparation très en amont. Certains skippers parlent d’un peu moins de 2 millions par an, en fonction des courses au programme, en plus du Vendée Globe. Cette année globalement les budgets sont à la baisse. De source des skippers : 1,1 million d’euros pour Bertrand de Broc, auquel il manquerait 200 000 euros, même chose pour Alessandro Di Benedetto (à la recherche de 250 000 euros). Son budget est probablement le plus petit de la course avec ceux de Tanguy de Lamotte et de Louis Burton. Vincent Riou sur PRB nous a confié son budget : 1 550 000 euros. Mieux lotie, Sam Davies a vu Savéol lui apporter les deux tiers de son budget soit 2 millions d’euros.


Sur cette édition, on compte seulement six bateaux neufs, conjoncture oblige. Mais il faut dire aussi que le prix d'un monocoque de 60 pieds pour courir le Vendée Globe a été multiplié par huit entre 1989 et 2012 pour atteindre 3 millions d'euros. Des solutions sont actuellement à l'étude pour enrayer la croissance des budgets. Le montage de projets « pluri-partenarial » est une piste testée avec succès par de plus en plus de skippers, à l’image de Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec), Samantha Davies (Savéol) et Bertrand de Broc (Votre Nom autour du Monde avec EDM Projets). L'encadrement plus sévère des jauges de course ou le recours à des monotypes (bateaux identiques), comme cela se pratique sur la classe MOD 70, sont aussi envisagés.


Les dotations sur le Vendée Globe 2012-2013
Vainqueur : 160 000 euros
2eme : 100 000 euros
3eme : 75 000 euros
4eme : 55 000 euros

10eme : 10 000 euros
Au delà de la 10eme place, les concurrents classés se répartissent à parts égales les 70 000 euros restants sans que cela puisse être supérieur à la prime du 10eme.

En continu

1/373 > Toute l'actu

NEWSLETTER

Twitter

Facebook