2016 Tour du monde en solitaire sans escale et sans assistance

Articles > Gabart, le Vendée Globe, sa Désirade…

Gabart, le Vendée Globe, sa Désirade…

Articles |

Il vit son rêve de gamin. François Gabart participe au Vendée Globe avec un bonheur qu’il ne cache pas. Comme dans son livre de chevet, La Desirade de Jean-François Deniau, le jeune marin semble porté par la passion de la mer et de la liberté…

Commentaires 1

François Gabart
© V.Curutchet / MACIF

Bandeau GABART François« Si je n’avais pas été skipper pro, j’aurais sans doute travaillé dans le domaine de la météo. C’est passionnant », raconte François alors qu’il boucle son stage sur le sujet à Port-La-Forêt avec les ténors de la discipline, les Le Cam, Riou, Dick, entre autres… A 29 ans, le skipper du 60 pieds Macif semble comme un poisson dans l’eau dans le monde des grands marins. « Ils m’ont tous fait rêver quand j’étais petit. C’est incroyable que je sois aujourd’hui sur le départ du Vendée Globe en tant que professionnel. Je me sens proche de Michel Desjoyeaux dans sa démarche et son approche de la course. Ce qui est génial dans ce monde de la course au large, c’est l’échange. Alors que je ne connais pas le tour du monde en solo, j’ai la sensation de ne pas partir dans l’inconnu. »

A un mois du départ, François Gabart s’avoue serein : « Je me sens bien, nous ne sommes pas en retard, le bateau va bien, je sais où je me situe grâce aux entraînements à Port-La-Forêt. Et surtout, je me réjouis du mois qui reste avant le départ. Je vais en profiter à fond, ça ne va être que du bonheur ! ».

A l’entendre, il vous met de bonne humeur le garçon. Comme le héros de La Désirade, Nicolas-Jean, François Gabart vit sa passion de la mer avec fraîcheur : « Le Vendée Globe, c’est la course idéale. Il y a la régate, l’environnement, les passages mythiques, on a tout ! Les émotions, les sensations, la fascination, la stratégie… Mais j’ai conscience des moments difficiles, j’ai des doutes, je me pose des questions forcément. » La Désirade sera donc calée près de la bannette. Pour se ressourcer. Pour tourner autour du globe comme un flibustier…

Olivia MAINCENT

En continu

1/378 > Toute l'actu

NEWSLETTER

Twitter

Facebook