2016 Tour du monde en solitaire sans escale et sans assistance

Articles > J’ai testé pour vous… une navigation à bord de Groupe Bel

J’ai testé pour vous… une navigation à bord de Groupe Bel

Articles |

La rédaction du Vendée Globe a eu la chance de pouvoir partir en navigation avec Kito De Pavant à bord de son monocoque Groupe Bel. Retour sur cette expérience passionnante !

Commentaires 10

VENDEE GLOBE 2012 - GROUPE BEL - SKIPPER : KITO DE PAVANT (FRA) PHOTO : VINCENT CURUTCHET / DARK FRAME
© Vincent Curutchet / Groupe Bel

Le bateau c’est bien, mais le bateau sur l’eau, c’est encore mieux. Amarré depuis une dizaine de jours au ponton de Port Olona, Groupe Bel commençait sérieusement à avoir des fourmis dans la quille. Mardi, Kito a décidé de sortir de sa sieste pour aller dégourdir son monocoque. Conscient de l’opportunité exceptionnelle qui se présentait à moi, j’ai sauté sur l’occasion (mais pas sur le bateau) et je suis parti en navigation à bord de Groupe Bel… pour la première fois !

photo nav KitoDès les premiers instants, on sent l’engouement du public sur le ponton. A certains moments, j’ai même l’impression que c’est moi le skipper que ces gens acclament. Il est 13h, l’heure du départ. A faible allure, la monture rouge quitte le port vendéen, direction le grand large ! Sous un soleil de plomb, la grande vache qui rit qui surplombe la voile semble aussi heureuse de cette sortie. C’est également mon cas jusqu’à ce que Kito me demande si je veux hisser la grand-voile. Tout fier de prendre une nouvelle dimension dans cette aventure, j’accepte avec un grand sourire. Le dernier de la sortie. Pendant 20 minutes interminables qui étaient en vérité cinq petites minutes, je mouline de toutes mes forces pour hisser cette immense toile ! Résultat : une légère trace de transpiration fait une apparition distinguée sur mon polo marin. Le métier qui rentre diront certains…

Une fois sorti du chenal, le bateau commence à prendre une vitesse de croisière absolument vertigineuse. « On se croirait dans les 40e », rigole alors un membre de l’équipage. Il est vrai qu’avec des pointes à dix nœuds, la sensation sur le bateau est clairement semblable à celle des mers du sud. Ou pas. Au bout d’une demi-heure de pétole, Kito et son équipe décident d’entamer la batterie de tests pour les nouvelles voiles, principale raison de notre escapade maritime. Commence alors une grande danse à bord du bateau. Dans une chorégraphie bien huilée, l’ensemble de l’équipage vogue à différentes occupations, sans sourciller. Loin d’avoir la sensation d’être un fainéant, j’en profite pour immortaliser ces instants exceptionnels. Il est vrai que le paysage sur tout le littoral sablais est digne des plus belles cartes postales.

 

« Kito se fait la malle »

 

photo nav KitoMais cet après-midi aurait manqué de folie si Kito n’avait pas décidé de s’échapper. Non content d’analyser ces nouveaux équipements depuis son propre bateau, le résident de Port-Camargue décide alors de prendre un peu plus de recul en s’évadant à bord du zodiac qui nous accompagne. Qui a dit qu’un bon capitaine ne quittait jamais son navire ?

Au bout de deux heures de diverses manœuvres, il est l’heure de rentrer à la maison. Satisfait, Kito arbore un large sourire et salue les quelques spectateurs présents le long du remblai. Nous ne sommes pas encore en février au moment du retour mais on ressent déjà la joie de la foule à voir revenir un navire parti en mer. Pour ma part, cette première a été un moment unique dont je garderai un excellent souvenir. Juste le temps de remercier les membres de l’équipe pour leur gentillesse, je m’éclipse par la petite porte tout en profitant d’un dernier bain de foule. Le rideau peut enfin se baisser et je laisse derrière moi un souvenir émerveillé. 

 

Arthur GUYARD

 

photo nav Kito

En continu

1/381 > Toute l'actu

NEWSLETTER

Twitter

Facebook