2016 Tour du monde en solitaire sans escale et sans assistance

Chroniques médicales > Jean-Yves Chauve : « Mon 7eme Vendée Globe »

Jean-Yves Chauve : « Mon 7eme Vendée Globe »

Chroniques médicales |

Ag2r la mondiale En partenariat avec AG2R LA MONDIALE, découvrez la première chronique hebdomadaire du Docteur Jean-Yves Chauve, médecin du Vendée Globe. Aujourd’hui, il nous parle de ses souvenirs et de son état d’esprit avant ce septième acte.

Commentaires 2

Jean-Yves Chauve
 

Je me souviens du départ du premier Vendée Globe. Ils sont treize, en ce 26 novembre 1989. Treize marins partis pour affronter seuls, cet immense désert liquide, où l’humain n’a pas vraiment sa place. Treize marins, qui vont devoir se confronter à eux-mêmes, dans un face à face où l’isolement, la peur, la détresse ou la douleur peuvent conduire aux frontières inconnues de son corps et de ses pensées.

Je suis là, sur les pontons, dans ces bourrasques glaciales, prémices de ce qu’ils vont vivre, là-bas de l’autre côté de la terre.  Le Grand Sud, là où la mer abrupte, sombre et glacée, cache ces icebergs envoûtants dont les éclats étincelants et bleutés sont autant de pièges prêts à vous engloutir à jamais.

Dans le chenal des Sables, l’émotion est palpable, poignante. On les regarde partir vers un au-delà dont on n’est pas sûr qu’ils puissent tous en revenir. Trop d’inconnues, trop de vents, trop de vagues, trop de dangers.  Les Vendéens ne s’y sont pas trompé. Ils sont déjà présents, debout sur les quais, dans l’émotion d’un au revoir dont les skippers garderont la chaleur jusqu’à leur retour.

La légende du Vendée Globe vient de naître et j’ai la chance d’être là pour accompagner ces pionniers des mers australes.

La confiance qu’ils m'accordent est autant de stress, car pour les aider, tout est à inventer. Comment être sûr d’avoir tout prévu face aux aléas de ce périple solitaire de plus de 4 mois ? Comment constituer une pharmacie de bord efficace en toutes circonstances ? Comment choisir les produits en privilégiant la facilité d’emploi et l’absence d’effets secondaires dangereux ? Comment choisir attelles ou bandages pour des marins sans aucune expérience médicale ? La plupart d’entre eux regardent cette boite avec réticence et superstition car elle concrétise la réalité des dangers à venir.

A mon niveau, la médecine à distance est encore balbutiante, avec des liaisons radio aléatoires, des dialogues brouillons et brouillés et l’angoisse de mal évaluer le problème. Alors, l’oreille collée sur l’écouteur, je fais répéter pour être plus sûr puis j’explique mot par mot le traitement sans savoir ce qui sera compris et fait.

Le temps a passé. Mais, ce premier Vendée Globe « Challenge », comme on disait alors, a été une épopée humaine fondatrice pour appréhender la physiologie si particulière des marins solitaires en haute mer. Course après course,  nous avons mieux cerné ces contraintes qu’ils devaient supporter. Désormais, la gestion du sommeil et de la vigilance, la nutrition, la préparation physique et mentale, l’ergonomie, font partie intégrante de la performance. Beaucoup de ces enseignements concernent notre vie au quotidien. Nous aurons longuement l’occasion d’en reparler.

Aujourd’hui même si la technologie est omniprésente à tous les niveaux, cette course demeure cette aventure où hommes et femmes, quels que soient leurs âges, s’affrontent à chances égales avec leurs propres armes. Il faut de la passion et du plaisir pour oser vivre plus de 3 mois dans les chocs, les bruits, le stress. Plus de 3 mois, sans arrêts, avec l’impérieuse nécessité d’une récupération où l’aptitude de « dormeur de haut niveau » est un élément fondamental de la performance.

Si par malheur l’accident arrive, la formation médicale qu’ils ont suivie, les techniques de consultation médicale à distance dont j’ai été un des instigateurs, vont leur apporter une aide précieuse. Là encore, ce travail de laboratoire de recherche que nous avons mené grâce à eux, dépasse  largement le cadre de la course au large. Cela fera partie des sujets que nous aborderons et qui je l’espère, vous passionneront.

A la sortie du port des Sables, quand le coup de canon du départ les libérera, ils retrouveront cette autonomie solitaire qui exige de résoudre toutes les situations, la panne du moteur, la coupure électrique, le black-out électronique, le bug de l’ordinateur et parfois le corps qu’il faut soigner. Et on leur demandera aussi nous raconter leurs joies et leurs peines, jour après jour.

Leur talent est là, dans cette multitude de compétences, caractéristique fondamentale et originale de ce sport.

L’aventure va commencer. Accompagné par AG2R LA MONDIALE, je serai votre regard pour vous faire découvrir leur vie à bord et partager avec vous, grâce à eux, ce tour de la planète à la seule force du vent.

Dr Jean-Yves CHAUVE

En continu

1/381 > Toute l'actu

NEWSLETTER

Twitter

Facebook