News

La visite du jour : les îles Malouines

Ile Malouine 2

Après un cap Horn qui aura tenu toutes ses promesses, les skippers du Vendée Globe ont entamé la dernière ligne droite de leur parcours. Un soulagement vous diront les marins même s’il ne faut en aucun cas relâcher ses efforts dans la remontée de l’Atlantique. Pour François Gabart et Armel Le Cléac’h, ce début d’année 2013 est marqué par un passage au large des îles Malouines. Archipel de l’Atlantique Sud, situé à 480km des côtes argentines, ce territoire britannique d’outre mer a toujours suscité beaucoup d’intérêt.  Au point de provoquer une guerre le 2 avril 1982.

 

Un confit Argentine – Royaume-Uni

D’une superficie de 12 173km², ce petit bout de terre fut découvert en 1520 par l’explorateur portugais Magellan. Le début d’une histoire riche en rebondissements. Si certaines nations européennes comme la France et l’Espagne ont tour à tour essayé d’affirmer leur souveraineté sur ces terres, la quête des Malouines connut son paroxysme lors de la guerre entre l’Argentine et le Royaume-Uni en 1982. A cette époque, le général Leopoldo Galtieri arrive au pouvoir en 1981. Les Argentins connaissent alors une importante crise économique. Pour redonner force et courage à son peuple, le dictateur décide d’envahir les îles Malouines le 2 avril 1982 alors occupées par les Britanniques. Face à cette initiative, Margaret Thatcher se montre intransigeante : aucune négociation n’est possible. La première ministre britannique envoie ainsi une flotte récupérer ses terres. La guerre est déclarée. Un peu plus de deux mois plus tard (16-17 juin), les forces britanniques remportent le conflit, qui aura fait au final 649 morts argentins et 255 britanniques. Grâce à ce succès, Margaret Thatcher voit sa cote de popularité monter en flèche de l’autre côté de la Manche. A la suite de cette défaite, l’Argentine voit pour sa part son système politique remis en question. La chute du régime dictatorial est inévitable et s’amorce alors une transition vers un système démocratique. Aujourd’hui, les deux pays sont toujours loin d’entretenir des relations cordiales (l’Argentine revendique toujours la propriété de ces terres) mais un nouveau conflit armé n’est plus d’actualité.

 

Le pétrole comme nouveau centre d’intérêt

A la sortie de cette guerre, de nouvelles activités se développent. La pêche devient la principale ressource économique de l’archipel et l’agriculture est également vecteur de revenus importants pour les quelques 3 000 habitants de ces îles. Le tourisme connaît un bel essor, notamment dû à l’affluence croissante des paquebots dans les mers locales. Par conséquent, chaque année, des dizaines de milliers de personnes viennent visiter ces îlots baignés dans le sud de l’Atlantique. Mais ce qui attire l’attention autour des Malouines, c’est avant tout le pétrole. En 2010, trois entreprises britanniques (Desire Petroleum, Falkland Oil and Gas et Rockhopper Exploration) ont tenté d’explorer les ressources pétrolières au large des Malouines. Suite à cela, la Présidente argentine Cristina Kirchner a fait part de son mécontentement et a annoncé qu’elle porterait plainte contre les sociétés qui prospectent dans les fonds sous-marins des îles. Une nouvelle source de tension donc, mais qui pourrait rapporter gros aux Malouines en cas d’une exploitation intelligente du champ pétrolier.

 

L’histoire des Malouines (ou Falkland Islands) peut paraitre assez paradoxale : comment cet archipel aussi petit a-t-il pu déchainer autant les passions. Au centre d’enjeux géographiques, politiques et désormais économiques, ces îles n’ont pas fini de faire fantasmer ceux qui souhaitent s’en approcher. Attention donc pour les skippers du Vendée à ne pas céder aux sirènes de ces terres isolées…

Arthur GUYARD

Snap code

Follow us on Snapchat
vendeeglobe2016