17 Janvier 2013 - 20h30 • 4163 vues

Partager

Article

Alessandro Di Benedetto a franchi le cap Horn, à 18h31mn (heure française). Le navigateur franco-sicilien a donc franchi pour la deuxième fois de sa vie le fameux cap « dur » en 68j 05h 29mn. Ce faisant il est presque dans les temps d’Arnaud Boissières en 2009.

La performance d’Alessandro Di Benedetto souligne à quel point l’ensemble des concurrents a franchi un palier en quatre ans. Le skipper de Team Plastique présente au cap Horn un retard de 16 jours sur François Gabart (MACIF) qui avait viré en tête l’extrémité de la Terre de Feu. 

A titre de comparaison, en 2009, quand Michel Desjoyeaux passait la ligne d’arrivée, deux concurrents étaient encore dans le Pacifique. Des écarts resserrés malgré la progression des temps de référence des premiers, c’est bien le signe que tous les concurrents ont hissé leur niveau de préparation. La performance d’Alessandro Di Benedetto est d’autant plus remarquable que le navigateur n’a, de son propre aveu, pas du tout le profil d’un régatier. Mais depuis le début de la course, il n’a cessé de progresser dans l’utilisation de son voilier, jusqu’à enregistrer depuis une semaine la meilleure progression de toute la flotte. On pourra objecter qu’Alessandro a bénéficié de conditions favorables à la glisse dans les mers du sud comparativement au reste de la flotte, cela fait toujours chaud au cœur.

PFB