27 Janvier 2013 - 06h51 • 2872 vues

Partager

Article

Aujourd'hui, dimanche 27 janvier 2013, le monde de la voile et de la course au large s'apprête à vivre un moment historique. Pour la première fois, en monocoques, deux hommes seuls, sans escale et sans assistance, vont boucler le tour du monde en moins de 80 jours. François Gabart (MACIF) et Armel Le Cléac'h (Banque Populaire) vont mettre un terme au formidable duel planétaire qu'ils se livrent depuis le 10 novembre dernier, sans interruption. Dans leur sillage, la course va continuer pendant encore quelques jours pour leurs poursuivants, voire plusieurs semaines pour les derniers.

Quel sprint final ! Après moins de 78 jours de mer, François Gabart (MACIF) s'apprête à rallier ce matin Les Sables d'Olonne, aux alentours de 11h30, au terme d'une navigation menée à un rythme infernal et inédit. Même le finish se fait à vitesse grand-V à bord de MACIF ! Dans un vent de sud-ouest de 30 noeuds, 450 milles ont été parcourus ces dernières 24 heures, à 18,5 noeuds de moyenne. Jusqu'au bout le jeune skipper fait la démonstration d'une incroyable maîtrise et d'un formidable talent, avec dans son sillage, tout proche, un autre surdoué de la voile. A 93 milles du leader, Armel Le Cléac'h (Banque Populaire) est encore plus rapide. Flashé à 20 noeuds cette dernière heure, il s'est montré le plus véloce depuis le classement de 5 heures hier, avec 460 milles parcourus. Bref, l'accélération finale des deux leaders est à la mesure du duel qu'ils se sont livré depuis le départ...intense ! Les deux hommes vont bientôt rentrer dans un autre monde, fait de célébrations, de sollicitations médiatiques, de chaleureuses retrouvailles, de nuits stables à l'horizontale...et de nourritures terrestres plus élaborées !

 

Pendant ce temps...

 

Au nord de l'archipel des Açores, qu'il a traversé cette nuit, Alex Thomson (Hugo Boss) n'en est pas encore là, même si la promesse d'un podium commence à se faire sentir à un peu moins de 1150 milles des Sables d'Olonne ce matin. A la mission qu'il s'était donné de finir, pour lui avant tout, s'ajoute maintenant celle d'assurer une belle troisième place, celle dont Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec 3) lui a demandé de prendre soin. Dans un vent de nord-ouest de 15 noeuds qui devrait basculer au sud-ouest dans l'après-midi et fraîchir à 30 noeuds, l'Anglais se prépare à faire route directe vers sa destination finale, après s'être légèrement dérouté pour rester proche du skipper niçois dans le coup de vent d'hier. Sans quille depuis 5 jours, Jean-Pierre Dick, resté au sud des Açores, a empanné cette nuit et fait maintenant cap au nord-est dans un vent léger de 15 noeuds. Dans sa progression, il actualise sans cesse les étapes en fonction des conditions météorologiques. Il vise maintenant le Portugal et décidera très prochainement s'il tente de poursuivre jusqu'à l'arrivée.

 

Doux alizés

 

De retour dans l'hémisphère nord après une remontée de l'Atlantique Sud frustrante et compliquée, Jean Le Cam (SynerCiel), à 2680 milles des Sables d'Olonne, ouvre la voie dans de stables alizés de nord-est de 20 noeuds et prend encore un peu d'avance sur l'Anglais Mike Golding (Gamesa), distant ce matin de 80 milles. Le Suisse Dominique Wavre (Mirabaud) vient également de rentrer dans ce flux et commence à accélérer. La journée s'annonce en revanche beaucoup moins facile pour Arnaud Boissières (AKENA Vérandas) qui vient de franchir l'équateur, à 3 h 13 cette nuit après 77 jours et 14 heures de course. Actuellement dans un vent d'est de 10-15 noeuds, il s'apprête à entrer dans le pot au noir. Encore à 150 milles de la ligne de démarcation entre les deux hémisphères, l'Espagnol Javier Sanso (ACCIONA 100 % EcoPowered) navigue quant à lui vent de travers, dans un flux d'est de 15 noeuds qui devrait tenir jusqu'en milieu d'après-midi.

 

Rythmes variés à l'arrière

 

Derrière, Bertrand de Broc (Votre Nom autour du Monde avec EDM Projets), dans un vent d'est de 15 noeuds, parvient à garder un bon rythme pendant que Tanguy de Lamotte (Initiatives-coeur) est toujours freiné dans un vent de nord-est de 10 noeuds seulement. Il affiche la plus faible progression de ces dernières 24 h avec 130 milles parcourus seulement. L'absence totale du moindre souffle lui a même permis pendant un court laps de temps de se payer le luxe d'une baignade, visiblement très appréciée. Pour Alessandro Di Benedetto (Team Plastique), c'est tout le contraire. Il avance pour l'instant péniblement contre un vent nord qui souffle à près de 30 noeuds, et fait route au nord-est. Bientôt, le ciel va s'éclaircir et le vent passer au sud. Si les conditions de navigation vont largement s'améliorer, la perte du gennaker, du petit et du grand spi vont cependant beaucoup freiner la progression du franco-italien au portant.

 

Le top 5 au classement de 5 heures (4h UTC)
 

1- François Gabart (MACIF) à 117 milles de l'arrivée

2- Armel Le Cléac'h (Banque Populaire) à 93,3 milles du leader

3- Alex Thomson (Hugo Boss) à 1027,3 milles

4- Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec 3) à 1050,5 milles

5- Jean Le Cam (SynerCiel) à 2563,7 milles

 

Christophe Favreau