31 Janvier 2013 - 17h26 • 2828 vues

Partager

Article

Ce n’est pas fini ! D’accord, François Gabart, Armel Le Cléac’h et Alex Thomson ont commencé à écrire l’épilogue de ce 7e Vendée Globe. Mais il reste encore neuf protagonistes pour terminer l’histoire. Aujourd’hui, l’intrigue principale tourne autour de Jean-Pierre Dick, de son arrêt au nord de l’Espagne, de sa capacité à reprendre la mer et à conserver sa quatrième place.

Après 24 heures de navigation sur le fil du rasoir pour enrouler le cap Finisterre (30 nœuds de vent, mer très agitée, cargo et pêcheurs omniprésents, zéro sommeil), Jean-Pierre Dick a trouvé son abri le long des côtes galiciennes, à San Ciprián (San Cibrao), un port minier où viennent charger quelques cargos. Depuis 5h30 ce matin, Virbac-Paprec 3 est amarré sur une des tonnes de port, protégé des vents dominants et de la mer.
Joint au Live de la mi-journée, Jean-Pierre a confié qu’il n’avait pas encore eu le temps de se reposer, qu’il fallait qu’il plonge pour vérifier le mouillage de la tonne et qu’il sécurise son bateau pour le passage du coup de vent dans la nuit de jeudi à vendredi. Il a aussi indiqué qu’il avait utilisé son moteur (et donc déplombé l’arbre d’hélice) pour finaliser l’approche de la bouée. Il doit donc rédiger un rapport au jury pour expliquer les faits. Un second rapport devra être émis pour préciser son heure de départ.



Re-départ dimanche ?

Quand le marin niçois sera t-il en mesure de reprendre sa route vers les Sables d’Olonne ? C’est toute la question. A priori, une fenêtre météo s’ouvre dans un peu plus de 48 heures. « Je me suis fixé une limite à 25 nœuds de vent fichier » expliquait-il. Ce week-end, dans le golfe de Gascogne, les conditions météo devraient s’améliorer. Virbac-Paprec 3 est actuellement à 290 milles des Sables d’Olonne. S’il reprenait le fil de la course dimanche matin, il pourrait arriver en Vendée lundi soir… et commettre le double exploit de terminer sa course après avoir parcouru plus de 2200 milles sans quille tout en conservant sa quatrième place.

Ça va bouchonner sur la ligne

Dans le sud-ouest de Madère, SynerCiel et Gamesa profitent encore de bonnes conditions pour faire de la vitesse sur la bordure d’une dépression. Mais ils ne vont plus tarder à entamer « le grand tour de la paroisse », celui de l’anticyclone des Açores, qui va les obliger à monter jusque vers les côtes anglaises pour redescendre ensuite vers la ligne d’arrivée.
Si l’anticyclone des Açores reste stationnaire, la bande des quatre poursuivants, Mirabaud, AKENA Vérandas, ACCIONA 100% EcoPowered et plus loin Votre Nom Autour du Monde avec EDM Projets, sera aussi contrainte à ce grand détour par le nord.

Quoi qu’il en soit, ce groupe de six bateaux, auquel il faut ajouter Cheminées Poujoulat, hors course, va animer les Sables d’Olonne toute la semaine prochaine avec une série d’arrivée qui s’échelonneront du 6 et le 10 février.
Pour Tanguy De Lamotte (Initiatives-cœur), actuellement dans le pot au noir et Alessandro Di Benedetto (Team Plastique), au grand large de Salvador de Bahia, la fin du voyage est programmée à partir de mi-février.

C.El
 


Replay : Le live du Vendée Globe du 31 janvier par VendeeGlobeTV