06 Juin 2014 - 18h17 • 4388 vues

Partager

Article

Tanguy de Lamotte vient de mettre l'eau son nouvel Initiatives Coeur avec lequel il va courir le Vendée Globe 2016. La société vendéenne K-Line rejoint le projet en tant que co-partenaire d’Initiatives. Le bateau est l'ex Akena Vérandas d'Arnaud Boissières, plan Farr de 2006. Le but reste identique et noble : "défier les océans pour sauver des enfants", en aidant l'association Mécénat Chirurgie Cardiaque.

Le bateau porte le numéro 109, qu'on peut aussi traduire par "sang neuf"… car il y en a beaucoup dans ce nouveau projet que Tanguy de La Motte vient de dévoiler avec la mise à l'eau de son tout nouvel Initiatives Cœur, hier à Port La Forêt. Un nouveau partenaire d'abord, sans qui l'aventure n'aurait pu être possible : l'entreprise vendéenne K-Line, leader de la fenêtre aluminium, rejoint Initiatives dans ce projet solidaire au profit de Mécénat Chirurgie Cardiaque. Bruno Léger, Directeur Général de K-Line : « le projet de Tanguy n’est pas un projet de performance pure, c’est un projet qui associe des valeurs humanitaires et solidaires. Ce sont ces valeurs auxquelles nous souhaitons associer l’ensemble de nos salariés et clients. En devenant co-sponsor d’Initiatives-Cœur, nous mettons en place une grande chaîne de solidarité pour Mécénat Chirurgie Cardiaque. »

Le bateau est tout sauf un inconnu pour ceux qui suivent le Vendée Globe : ce plan Bruce Farr de 2006 est le sister-ship de Foncia : c’est l’ancien PRB avec lequel Vincent Riou avait sauvé Jean Le Cam au cap Horn en 2008 et qui courrait sous le nom d’Akéna Verandas lors de la dernière édition en 2012/2013. Avec ce bateau, Arnaud Boissières avait terminé 8e en 91 jours, tandis que Tanguy de Lamotte, sur son vieux « pingouin » datant de 1998 avait lui aussi réussi à boucler la boucle et s’était classé 10e en 98 jours.

Le nouvel Initiatives Cœur, qui a deux tours du monde au compteur, a été modifié pour être plus performant. Il vient de bénéficier d’un chantier de près de 6000 heures de travail chez CDK à Port-la-Forêt. La modification la plus spectaculaire est le changement complet de l’étrave, plus volumineuse, sur… huit mètres de long. Les ambitions sportives de Tanguy de Lamotte sur la Route du Rhum 2014, la Transat Jacques Vabre 2015 et le Vendée Globe 2016 seront forcément revues à la hausse, mais « sans se faire de nœuds dans le cerveau sur le résultat sportif escompté ». Encore une fois l’essentiel pour Tanguy, Initiatives et K-Line est de continuer l’aventure qui permet de faire opérer et donc de sauver des enfants.

Trois questions à Tanguy de Lamotte

SAILING - VENDEE GLOBE 2012-2013 - PRIZE CEREMONY AND GABART WALK OF FAME - LES SABLES D'OLONNE (FRA) - 11/05/2013 - PHOTO : OLITanguy, tu vas repartir sur un programme IMOCA à bord d’un bateau plus récent, optimisé et avec un co-partenaire supplémentaire, K-Line. Explications ?

« Je savais qu'Initiatives avait l'envie de repartir mais qu'ils ne pourraient pas multiplier leur investissement par deux. L'envie était là et il fallait donc trouver d'autres partenaires. J'ai beaucoup parlé de mon projet et de fil en aiguille j’ai rencontré André Liébot et les gens de K-Line, une grande entreprise des Herbiers, leader sur le marché de la fenêtre aluminium. Ils ne voulaient pas entrer comme des bulldozers dans le monde de la course au large, mais se sont retrouvés dans le projet et le message pour sauver les enfants. Avec Initiatives, K-Line et Mécénat Chirurgie Cardiaque, nous partageons, nous communiquons, nous voulons faire vivre des aventures au plus grand nombre. K-Line et Initiatives sont à la fois sponsors du bateau et mécènes de l’association Mécénat Chirurgie Cardiaque. Pendant le Vendée Globe 2012, grâce au système 1 clic = 1 euro, 324 000 euros ont été reversés par les sponsors à Mécénat Chirurgie Cardiaque. Cela a permis d’opérer et de sauver 27 enfants souffrant de malformations cardiaques. Et depuis 10 ans maintenant que je porte les couleurs de Mécénat Chirurgie Cardiaque sur mes bateaux, les différentes actions ont permis d’opérer 50 enfants. C’est ça, l’important. »

Tu es marin mais aussi architecte naval. Comment avez-vous transformé le bateau chez CDK ?

« Nous avons racheté une étude qui avait été réalisée par VPLP-Verdier pour le navigateur allemand Jorg Riechers. Nous avons bénéficié du moule qui avait été prévu pour son bateau. Le but était de modifier l’étrave pour la rendre plus volumineuse, car je trouvais que cette carène avait tendance à « mettre le nez dans l’eau ». Pour schématiser, nous avons changé l’avant du bateau sur 8 mètres de long… une opération assez impressionnante ! C’est évidemment la grosse modification de ce chantier d’hiver. Nous étudierons d’éventuelles autres modifications à faire d’ici le départ du Vendée Globe, avec potentiellement un passage à la jauge 2016. Cela voudrait dire un changement du voile de quille et de la répartition des ballasts, mais il faut d’abord naviguer pour bien savoir comment le bateau se comporte avant d’envisager d’autres modifications. Et en tant qu’architecte naval, ça me plait de réfléchir là-dessus, bien sûr. »

Avec une machine plus récente et optimisée, tes ambitions sportives seront en hausse ?

« Sur le Vendée Globe, on ne peut absolument pas se donner un objectif de place. Etre au départ puis être à l’arrivée sont déjà deux grandes victoires. L’idée est de ne pas avoir de regret. Je pense qu’il y aura une dizaine de bateaux plus récents que le mien au départ en 2016. Mathématiquement, j'ai envie de faire mieux évidemment. Je serai peut être encore 50% compétiteur et 50% aventurier… le bateau, lui, a montré qu’il pouvait tourner en 90 jours. Sportivement, ce qui compte c’est d’être au niveau du bateau, d’arriver à gérer les soucis que je rencontrerai et d’être de nouveau sur la ligne d’arrivée en ayant permis de sauver le plus d’enfants possible. J’ai l'impression de me rendre utile, d'être à ma place en partageant cette grande aventure. Bien sur je m'applique, je m'entraine, je fais du sport, de la recherche de performance… je me prépare du mieux possible pour être au top de ce que je pourrai faire sur ce bateau. Mais j’espère surtout que les retombées pour l’association et les enfants seront encore plus importantes que lors du dernier Vendée Globe.»