14 Août 2014 - 10h58 • 5160 vues

Partager

Article
Découvrez en vidéo le portrait de Tanguy de Lamotte, 36 ans, dixième du dernier Vendée Globe et bien décidé à faire encore mieux pour sa deuxième participation, en 2016-17, à la barre d’un bateau plus récent.  
 

Portrait de Tanguy De Lamotte par VendeeGlobeTV

Bien qu’ayant grandi en région parisienne, Tanguy de Lamotte se passionne très jeune pour la navigation et participe au Tour de France à la Voile en JOD 35 et Mumm 30. Puis il part étudier l’architecture navale à Southampton, avec pour objectif de dessiner son propre bateau pour disputer la Mini Transat. Ces années passées en Angleterre lui donnent l’occasion de naviguer sur de plus gros supports, comme les maxi-catamarans Playstation et Orange ou le trimaran Sodebo. « En 2000, j’ai aussi eu la chance d’accompagner Ellen MacArthur sur la préparation de son Vendée Globe. Cela a été une expérience très enrichissante », raconte Tanguy. Il revient à de plus petits supports et participe à la Mini Transat 2005 à bord d’un bateau qu’il a conçu et construit. Puis il réalise un Class40’ avec lequel il court pendant cinq ans et boucle plusieurs transatlantiques. « Mon objectif était d’être architecte, pas skipper. Mais j’ai eu une bonne opportunité pour faire un Class40’, et de fil en aiguille je suis resté plutôt skipper qu’architecte. Un jour je referai des dessins de bateau, pour moi ou pour les autres, on verra ! »

Inoubliable Vendée Globe
En 2012, Tanguy de Lamotte intègre le circuit IMOCA et s’aligne sur son premier Vendée Globe avec le projet Initiatives-Cœur, qui vise à sauver des enfants atteints de maladies cardio-vasculaires. Il garde un souvenir impérissable de l’arrivée aux Sables-d’Olonne où une foule très nombreuse l’attendait, comme de coutume. Fort de cette première expérience autour du monde à bord d’un bateau ancien, mis à l’eau en 1998, Tanguy reviendra en 2016 avec un 60 pieds IMOCA beaucoup plus récent. Le nouvel Initiatives-Cœur est en effet l’ancien PRB de Vincent Riou, un plan Farr construit en 2006 par le chantier CDK à Port la Forêt.
Son sistership a gagné la course avec Michel Desjoyeaux en 2008-09. C’est avec envie que Tanguy va relever ce nouveau défi. « Les IMOCA vont vite parce qu’ils sont grands et manœuvrer des bêtes de cette taille (18,28 mètres) est assez excitant ! Ce sont aussi des supports très techniques. J’aime réfléchir aux problématiques, trouver les solutions les plus pertinentes pour accroître la performance mais aussi pour limiter les risques et optimiser l’endurance du bateau. »