Actualité

The Transat : le point après une semaine de course

150416- Entrainement en solo au large Lorient pour le monocoque 60 pieds IMOCA Banque Populaire VIII, Skipper, Armel Le Cléac'h.
© shutterStock/BPCE

On constate des réalités très différentes pour les IMOCA sur la « Transat bakerly » partie de Plymouth voilà exactement une semaine, le lundi 2 mai dernier. Nous avons déjà évoqué dans ces colonnes l’abandon de Sébastien Josse (Groupe Edmond de Rothschild) victime d’une avarie de grand voile suite à un empannage un peu violent. Et comme skipper et bateau sont déjà qualifiés pour le Vendée Globe 2016/2017, c’est en quelque sorte un moindre mal pour Sébastien Josse et son équipe.
 
Fiabilité et… qualifications pour le Vendée Globe
Premier enseignement donc : les cinq bateaux restant en lice ont bien tenu le choc. Car la très spectaculaire dépression qui s’est abattue sur eux dans le Nord-Est des Açores aurait pu avoir des conséquences autrement plus graves que les avaries mineures déplorées jusque-là et qui n’ont empêché personne de continuer la course. Clairement, sauf avarie ou énorme surprise, à 1200 milles de New York, ils ne sont plus que trois à pouvoir se disputer le podium : Armel Le Cléac’h (Banque Populaire), Vincent Riou © Lloyd Images(PRB) et Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac) qui a ressorti son bonnet en raison du froid. Ces trois là filent donc aux avant-postes, où l’on constate au passage que deux nouveaux foilers – Banque Populaire et StMichel-Virbac – encadrent le plus abouti des bateaux « anciens » à savoir PRB. Avantage Armel Le Cléac’h pour le moment, puisqu’il possède ce lundi midi 55 milles d’avance sur Vincent Riou et 117 milles sur Jean-Pierre Dick. En outre, Armel Le Cléac’h a décroché comme une formalité la dernière partie de sa qualification pour le Vendée Globe pendant cette Transat Anglaise, puisqu’il a de loin dépassé les 1500 milles en solitaire qui lui restaient à couvrir.
Déjà qualifiés avant le départ de The Transat, Vincent Riou et Jean-Pierre Dick n’avaient pas cette pression supplémentaire. Mais c’est le cas en revanche de Paul Meilhat (SMA) et de Richard Tolkien (44) qui – tous les deux – doivent boucler une transatlantique pour obtenir cette précieuse qualification pour l’Everest des mers. C’est peut-être d’ailleurs ce qui explique leur route, bien plus prudente, alors que les trois bateaux de tête sont allés chercher le nord de la tempête. © Lloyd ImagesPaul Meilhat, à bord de SMA (l’ex Macif tenant du record du Vendée Globe), a choisi l’esquive par le Sud. Il fait ainsi beaucoup plus de route et accuse 400 milles de retard sur Banque Populaire aujourd’hui, mais estime avoir davantage de chances de boucler la course… et donc de se qualifier pour le Vendée Globe. Le Britannique Richard Tolkien - à bord d’un bateau déjà ancien et qui n’a pas la préparation et l’entraînement de ses concurrents sur cette course - savait qu’il ne pourrait pas tenir le rythme des nouveaux « avions de chasse » de l’IMOCA : il évolue donc prudemment au sein de la flotte des Class 40. Son retard est supérieur à 500 milles, mais son objectif à lui aussi est de finir afin d’obtenir sa qualification au Vendée Globe.
 
Verdict samedi ?
Si l’on résume, on a donc aujourd’hui à l’avant trois skippers déjà qualifiés qui se battent pour le podium de New York… et deux autres dont la plus grande motivation est © Benoît Stichelbaut / PRBde décrocher leur qualification pour le Vendée Globe. Notons au passage que PRB résiste relativement bien à Banque Populaire, sauf quand celui-ci peut se servir efficacement de ses foils, montrant un différentiel de vitesse notable. Ceci étant dit, le fait que Vincent Riou parvienne à s’intercaler entre deux bateaux de dernière génération dotés de foils est très intéressant… Verdict le week-end prochain, avec une arrivée des premiers à New York probablement dès samedi, voire dans la nuit de vendredi à samedi comme l'annonce Armel Le Cléac'h.
 
Le trio de tête ce lundi 9 mai 2016 à 12h :
• Armel Le Cléac’h / Banque Populaire VIII. A 1223 milles de l’arrivée. Vitesse : 18,8 nœuds
• Vincent Riou / PRB. A 55 milles du leader. Vitesse : 13,0 nœuds
• Jean-Pierre Dick / St Michel-Virbac. A 117 milles du leader. Vitesse : 8,7 noeuds.

(Source : BM - Agence Mer et Media)

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016