Actualité

Jean Le Cam annonce des écarts "énormes"

Jean Le Cam (FRA), skipper Finistere Mer Vent, training solo off Belle-Ile on his way to Les Sables d'Olonne for the Vendee Globe, on october  6, 2016 - Photo Jean-Marie Liot / DPPI / Vendee GlobeImages aériennes de Jean Le Cam (FRA), skipper Finistere

Jean Le Cam - Finistère Mer Vent (9e à 238 milles du leader)

"On est dans le Pot au Noir, on attaque les vents variables et mous donc il faut être dessus. En revanche il n'y a pas de grains, on avance à quelque chose comme 5 noeuds. Je suis sous grand voile/J1 et je vais peut-être mettre le gennaker, il y a beaucoup de changements de voiles. Pour l'instant ce Vendée Globe est exceptionnel : il n'y a quasiment pas de casse. La flotte est largement désserrée avec un certain écart entre les bateaux de tête et les bateaux de queue, mais on le savait avant le départ. Les conditions de départ ont été exceptionnelles, on est descendu hyper vite. Hugo Boss va battre mon record à l'équateur, c'est sûr… ça fait depuis 2004, il était temps quand même ! Toutes les simulations qu'on peut faire ne sont pas correctes dans cette zone, donc je n'en sais rien quand on va en sortir, si on va pouvoir accélérer un peu ou pas, mais là c'est vraiment mou et ça va faire de l'écart. Les premiers vont se barrer, je te dis pas ! Hugo Boss c'est impressionnant : il est passé, il n'a même pas vu le Pot au Noir. L'écart va être énorme, les premiers vont prendre une distance énorme par rapport au reste de la flotte. L'objectif pour moi est déjà de passer le Pot au Noir et demain on verra le reste. Je surveille les petits camarades dans ma zone, c'est le jeu de la course dans la course. Avec Thomas (Ruyant) on est ensemble depuis un moment…"

Alan Roura - La Fabrique (23e à 781 milles du leader)

"Je fais avancer le bateau du mieux que je peux. On approche du Pot au Noir dans 7 à 8 noeuds de vent arrière. J'arrive à tenir 8 noeuds de vitesse, mais voilà deux heures j'étais seulement à 5 noeuds. On sait qu'après le Cap Vert il y a deux ou trois jours un peu galère, mais après ce sera bon. Je m'éclate à fond ! On a eu des super conditions depuis le départ et jusque-là c'est que du bonheur. Il y a plusieurs courses dans la course, c'est top. Je suis là avec mon vieux canote et il y a trois bateaux devant… C'est comme un jeu autour du monde sur des bateaux incroyables, avec des risques importants mais ça reste de l'eau et des bateaux, c'est magique ! Je m'organise tranquillement : météo à 8h le matin puis café, toilettes, réglages… les journées sont très vite remplies, elles passent en un rien de temps. Je me bats en essayant de regagner du terrain sur Romain Attanasio, Kojiro (Shiraishi) et Rich Wilson, des supers marins."

ITV par Bruno Ménard / M&M

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016