17 Novembre 2016 - 18h43 • 14839 vues

Partager

Article

Biodiversité en sursis, montée des eaux, phénomènes climatiques de plus en plus intenses ... seuls les satellites sont à même de témoigner de cette réalité globale. Tout au long de la course, les skippers du Vendée Globe parcourent des zones impactées par le réchauffement climatique. Des changements mesurés et mis en avant par les satellites.

Le niveau moyen des mers est l’un des meilleurs indicateurs du réchauffement climatique ; sans doute meilleur que la température moyenne de la Terre. Les émissions de gaz à effets de serre générées par les activités humaines provoquent un déséquilibre énergétique de notre planète. Elle accumule de la chaleur dont 93 % sont stockés dans les océans. Le reste fait fondre les glaces et réchauffe l’atmosphère. Le niveau de la mer,  qui dépend du réchauffement de l’océan et de la fonte des glaces, est observé par des organismes comme CLS.

Sa centaine d'océanographes met ses données à disposition de la communauté internationale. Cette observation globale est rendue possible grâce à des satellites comme JASON-3 ou SARAL, fruits de la coopération entre les agences spatiales française et américaine pour l’un et française et indienne pour l’autre. Le CNES s’est engagé dans cette observation des océans par satellites dès les années 90 !

 

VENDEE LIVE : rendez-vous tous les jours à 12h30 (en français) et 13h30 (en anglais) - VENDEE FLASH : rendez-vous tous les jours à 18h15 (en français) et 18h30 (en anglais)