02 Décembre 2016 - 09h30 • 11302 vues

Partager

Article

Le passage d’une dépression tropicale sur les Kerguelen ce week-end va une nouvelle fois créer une fracture entre les leaders et leurs chasseurs ! Et ce phénomène météo très actif va se déplacer à trente nœuds en apportant une énorme bouffée de chaleur aux souffles glacés de l’Antarctique…

Il faut s’attendre à des conditions de mer dantesques dans l’Est de l’archipel des Kerguelen en fin de week-end… Et la porte d’entrée vers l’océan Indien s’annonce aussi particulièrement tonique ! Car après une période relativement apaisée du Brésil à l’île Saint-Paul, conditions qui ont été extrêmement favorables au duo de tête qui s’approche à grandes enjambées vers le cap Leeuwin, les mers du Sud retrouvent leur visage habituel d’un été austral : torturé, tourmenté, scarifié, perpétuellement agité par une succession de dépressions, pour l’Atlantique venues d’Argentine, pour l’Indien issues du canal du Mozambique.

Cuisine indienne

Les premières sont grosses, très développées mais se déplaçant à vitesse modérée (20 nœuds environ) avec un centre d’action suivant le 50°S ; les secondes sont petites, extrêmement actives et traversent en diagonale la route du Vendée Globe entre le 30°S et le 55°S en bousculant l’anticyclone des Mascareignes habituellement calé entre Madagascar et l’Australie occidentale. Mais surtout elles ont pris naissance dans les chaleurs étouffantes des tropiques : de 25°C sur leur bordure orientale lors de leur développement, elles passent à 10°C à leur maturité en moins de deux jours ! Cet écart thermique largue donc une énergie considérable sur une eau à 3°C sur les Cinquantièmes Hurlants, provoquant une ascension considérable des masses d’air saturées d’humidité, et donc des fronts froids particulièrement agressifs. Comme de l’eau bouillante sur un glaçon…

C’est donc avec une grande vigilance que les solitaires naviguant dans l’océan Indien observent le déplacement de ce phénomène météorologique musclé. Pour les deux leaders, le risque est dans leur tableau arrière : Alex Thomson et Armel Le Cléac’h (qui se fait progressivement distancé depuis que le monocoque noir navigue tribord amures, c’est-à-dire avec son foil préservé) peuvent sereinement piquer vers l’Australie. Ils sont propulsés par la queue d’une perturbation qui va les emmener jusqu’à la longitude du cap Leeuwin, même s’il leur faudra probablement enchaîner les empannages au large de cette pointe Sud-Ouest de l’Australie.

Melting-pot aux Kerguelen

Pour Sébastien Josse, troisième à 600 milles, la configuration est favorable depuis 24 heures puisqu’après avoir perdu cent milles mercredi, il a comblé ce déficit la nuit dernière. Profitant d’un front, il a pu déborder largement par le Nord l’archipel des Kerguelen sans se faire trop bousculer sur le plateau continental et en mettant le turbo à plus de 21 nœuds de moyenne ! Le skipper de Edmond de Rothschild va aussi pouvoir passer devant cette dépression tropicale et probablement reprendre encore un peu de terrain à ses devanciers. Quant au tandem, il lui faut se dépêcher pour se retrouver sur la face orientale de cette dépression au risque de subir 35-40 nœuds de vent d’Est contraire sur une mer totalement en vrac… La difficulté est que ce système tropical pousse une bulle sans brise avant son passage : ne pas se faire engluer dans ce calme avant la tempête est une priorité pour Jérémie Beyou et Paul Meilhat !

Yann Éliès est en fait le seul solitaire qui va devoir composer frontalement avec cette dépression tropicale : à 700 milles des Kerguelen, il fait cap au Nord-Est dans un flux portant très modéré, en bordure de cette zone de calmes qui précède le phénomène. Il cherche probablement à la traverser en s’écartant du « mur des glaces » afin de laisser passer ce système météo pour s’accrocher à sa face occidentale où soufflera un régime de Sud-Ouest puissant. La force du vent devrait rester gérable, mais l’état de la mer au large du plateau continental de l’archipel pourrait rendre sa progression vers l’Est très mouvementée demain soir…

Quant aux quatre autres « Indiens » (Kito de Pavant a franchi la longitude du cap de Bonne Espérance à 22h10 jeudi après 25j 09h 08’ de mer), ils seront épargnés par cette cassure oblique de la route mais Jean-Pierre Dick, Jean Le Cam et Thomas Ruyant devront regarder dans leur rétroviseur : la perturbation argentine qui a propulsé le peloton la nuit dernière arrive sur eux dès la nuit prochaine avec un bon flux de Nord-Ouest qui va une nouvelle fois, leur imposer de longer le « mur des glaces » vers les Kerguelen.

Recette atlantique

Les « Atlantics » n’ont pas la même problématique… Maintenant que le front froid les a coiffé un par un la nuit dernière, il leur faut trouver la bonne voie vers le cap de Bonne-Espérance, ce qui n’est pas facile dans ce vent d’Ouest mou lié à une zone de transition à l’approche d’une nouvelle perturbation argentine. Celle-ci devrait les toucher au coucher du soleil, d’abord pour Rich Wilson, Éric Bellion et Romain Attanasio avant d’intéresser tout le peloton où six solitaires tentent de prendre le meilleur dans un espace d’une centaine de milles…

Il y a de la manœuvre en perspective ces prochaines heures dans ce flux d’Ouest d’une dizaine de nœuds prévu pour toute la journée ! Et puis la brise va s’intensifier en repassant au Nord-Ouest pour 25-30 nœuds, voire plus à l’approche d’un nouveau front… Or celui-ci est plutôt véloce et de nouveau, il faudra gérer la bascule sous de méchants nuages à plus de 45 nœuds avec cette fois, un régime plus stable jusqu’au passage dans l’océan Indien. Désormais, le peloton et ses poursuivants (Pieter Heerema 350 milles dans son sillage, Alan Roura et Enda O’Coineen 450 milles plus à l’Ouest) n’auront pas beaucoup d’occasion de faire une pause pour toute la semaine à venir puisque les dépressions se suivent à raison d’une nouvelle tous les deux jours…

Ainsi la cassure provoquée par le passage diagonal d’une dépression tropicale devrait entraîner à moyen terme une course par grappes avec deux leaders en tête, suivi par un solo, puis un tandem. Mais à 1 500 milles du duo leader, Yann Éliès est probablement celui qui sera le plus en ballottage ce week-end selon ses options au large des Kerguelen.

Dominic Bourgeois