Actualité

Les Sables d’Olonne parée à accueillir les premiers

Titre non renseigné
© OLIVIER BLANCHET / DPPI / Vendée Globe

© OLIVIER BLANCHET / DPPI / Vendée GlobeLe froid imprègne le village du Vendée Globe alors que les rayons du soleil font briller le givre. À 24h de l’arrivée du vainqueur, les équipes logistiques sont obligées de saler le ponton afin qu’il n’y ait pas de mauvaise surprise. Les visiteurs sont éparpillés et l’effet de masse n’est pas encore visible, si ce n’est lors du Vendée Live où la grande salle des vacations est comble. Le public, très impliqué,  fait part de ses encouragements aux deux skippers en tête de flotte. Forcément, il y a le clan Armel le Cléac’h et le fan club d’Alex Thomson.

"C’est une fin de course passionnante avec Alex qui met la pression à Armel et même derrière avec la belle lutte entre Jean le Cam et Yann Eliès, » note Michel, passionné Belge. « Chez nous on soutient tout le monde, mais on a un penchant pour Alex Thomson."

"Nous sommes à 100% derrière Armel!,"  affirment Philippe et Françoise en cœur. "Il a quand même terminé deux fois second. Il faut qu’il gagne, il le mérite."

Ce n’est pas parce que la course se termine qu’il faut oublier ceux qui sont en course. Elise, venue de Rennes, supporte Alan Roura. "Je suis ravie d’être là, en plus il fait beau. J’espère que les premiers n’auront pas de problème et que les derniers milles se passeront bien. Je préfère Alan Roura, mais entre Alex et Armel je choisie Armel."

Jean Gabriel le Cléac’h, « J’essaye d’enlever de la pression à Armel »
Si Jean Gabriel le Cléac’h avoue n’avoir pas très bien dormi cette nuit, ce n’est pas uniquement parce qu’il n’était pas dans son lit mais surtout parce que son fils est au coude à coude avec Alex Thomson, prêt à vivre ce qui pourrait être le plus beau moment de sa carrière. 

Le père d’Armel enchaîne les interviews, presque aussi sollicité médiatiquement que son fils.
"J’essaye de décharger Armel de certaines choses. Il faut qu’il puisse profiter de tous ces moments." 

"On est dans la fin de course mais pour nous elle a commencé dès le Pot au Noir, voire même dès le cap Horn lorsqu’Alex est revenu. Je suis un peu tendu mais apparemment ça se présente bien, » confie le Cléac’h sénior. "On espère une fin glorieuse."

© OLIVIER BLANCHET / DPPI / Vendée Globe

Entretien avec Laura le Goff, Directeur Général du Vendée Globe
Une arrivée rapprochée, comme celle de la dernière édition ou comme celle qui risque d’avoir lieu demain, est intense en émotion mais c’est aussi un casse-tête logistique pour les équipes de la SAEM Vendée.

"Dans cette situation, la difficulté est d’harmoniser toutes les équipes et de pouvoir gérer le protocole d’arrivée," explique Laura Le Goff. "Pour qu’il n’y ait aucune perturbation entre deux bateaux, l’idéal serait d’avoir un écart de 3h30. En dessous de ce créneau, il faut adapter le système et réussir à dispatcher les équipes et les officiels."

"Si Armel et Alex sont très proches, ils pourront remonter le chenal avec 20 minutes d’écart. C’est ce que nous avons proposé à leurs équipes."

 

Guillaume Daumail / Mer&Media

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016