Actualité

Les petits cadeaux du Vendée Globe

Photo sent from the boat Famille Mary - Etamine du Lys, on January 29th, 2017 - Photo Romain AttanasioPhoto envoyée depuis le bateau Famille Mary - Etamine du Lys le 29 Janvier 2017 - Photo Romain AttanasioCoucher de soleil
© Romain Attanasio

« Pendant la nuit, j’ai pris du plaisir pendant des heures dans le cockpit oubliant que j’aurais dû me reposer » racontait le Hollandais Pieter Heerema sur son foiler No Way Back. Le bizuth de 65 ans qui n’a pas toujours pu profiter pleinement de sa course pour cause de soucis techniques récurrents, semble aujourd’hui vivre son aventure avec sérénité. 17e, à plus de 1 300 milles de Sébastien Destremau qui ferme la marche, Pieter lâche prise et fait glisser son bateau à plus de 14 nœuds bien décidé à diminuer l’écart avec ceux de devant…

Romain et Didac : les inséparables
« Au niveau du moral tout va bien, Didac est content de cette petite course avec Romain, c’est un cadeau pour les deux. Il a la chance d’avoir un adversaire juste à côté pour régater en mode Figaro. Donc il apprécie vraiment ce moment » confiait Jordi Griso, team manager de Didac Costa ce midi. Le skipper catalan de One Planet One Ocean, 15e, se régale de ce duel à couteaux tirés avec Romain Attanasio (Famille Mary-Etamine du Lys), 16e. Les deux régatiers, séparés de moins de 2 milles, se voient pour de vrai (et non sur un écran AIS !), se parlent à la VHF, se photographient, se contrôlent comme sur une régate en Figaro Bénéteau, bref s’en donnent à cœur joie sur l’échiquier de l’Atlantique Sud. Au large d’Itajaì, les conditions météo sont instables mais peu importe, pourvu qu’il y ait l’ivresse de la régate… et pourvu que ça dure !

Bricoles et rationnement
Alan Roura sur La Fabrique, 13e, est lui-aussi un homme heureux, malgré son avarie de winch de pied de mât (indispensable pour régler sa grand-voile et envoyer ses voiles d’avant) survenue hier soir et qu’il a pu réparer avec le peu de moyens du bord qu’il lui reste. « Je crois que j’ai eu absolument tout ce que je suis venu chercher sur le plan humain de cette aventure. La joie, les pleurs, le désespoir, la fatigue, le bonheur à l’état pur… Absolument toutes les phases qu'un homme peut connaître au cours d’une vie. Le tout condensé en cent jours. » a écrit ce jour Alan à son équipe à terre. 12e, Fabrice Amedeo sur Newrest-Matmut vit plutôt bien son « divorce » avec Cali (Arnaud Boissières) : « Je ne pourrai plus le rattraper mais mon objectif est de ne pas avoir trop d’écart avec lui à l’arrivée » racontait ce midi Fabrice qui commence à se rationner n’ayant embarqué que 105 jours de nourriture. « Je profite de chaque jour » confie le marin-journaliste.

Un drône pour fêter le retour la tête à l’endroit
Images incroyables de Foresight Natural Energy, le bateau de Conrad Colman, 10e, reçues cet après-midi ! Comme pour fêter son retour dans l’hémisphère nord, le crazy Kiwi partage un moment exceptionnel en mer : eau bleue et plate comme une limande, ciel limpide, léger souffle d’air gonflant son code 0. « Il y a 6 nœuds de vent, c’est calme, c’est pas mal pour un Pot au Noir… » indique Conrad, heureux d’avoir désormais la tête à l’endroit et à bientôt moins de 3 000 milles des Sables d’Olonne.

 

Olivia Maincent / M&M

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016