Actualité

Vamos Didac!

Photo envoyée depuis le bateau One planet One ocean le 13 Février 2017 - Photo Didac Costa

Moins de 48h après Rich Wilson, Didac Costa devrait terminer son Vendée Globe en 108 jours puisqu’il est attendu sur la ligne d’arrivée jeudi matin entre 8h et 9h. Le skipper de One Planet One Ocean devrait ensuite patienter jusqu’à 11h45 pour emprunter le chenal en raison des horaires de marée. 

Une arrivée en fanfare
L’arrivée de Didac s’annonce particulièrement festive grâce aux pompiers sablais qui réservent quelques surprises à leur collègue catalan. Rappelons que suite aux déboires rencontrés en début de Vendée Globe, le 6 novembre dernier, Didac, sapeur-pompier dans la vie civile, était victime d’une voie d’eau à peine une heure après le départ. Il avait alors bénéficié de l’aide de ses homologues Sablais pour réparer son moteur et avait repris la course quatre jours plus tard. 

Les pompiers des Sables d’Olonne ont donc prévu de réserver un accueil très spécial à l’Espagnol avec quatre bateaux en mer dont certains équipés de système de sonorisation, des camions lance à eau dans le chenal et une arrivée au ponton au rythme des tam-tam. 
En plus de sa famille et de son équipe, quelques « bomberos » (pompiers) barcelonais ont fait le déplacement, tout comme certains membres de la Barcelona World Race. Côté skippers, Rich Wilson et Jean le Cam seront présents, alors qu’Alan Roura et Louis Burton adressent leurs félicitations à Didac mais ne pourront pas se rendre à Port Olona comme ils l’auraient souhaité. 

Quatre marins dans la course
Pour les quatre concurrents encore en course, l’heure n’est pas à la détente mais bien à la concentration. Tous doivent faire face aux derniers défis de l’épreuve. Le Vendée Globe avait rappelé que rien n’était joué lorsque Conrad Colman avait perdu son mât et qu’Eric Bellion avait cassé son rail de grand-voile aux abords du Golfe de Gascogne. Cette fois, c’est Romain Attanasio qui a (encore) fait les frais de la dure loi du Vendée Globe puisque sa bôme est tombée sur le pont de Famille Mary - Etamine du Lys. Romain a réussi à réparer son vit-de-mulet (pièce qui fixe l’extrémité de la bôme au mât), puis il a bouché les trous sur son pont avec du scotch... Cet énième bricolage devrait tenir le coup jusqu’au bout. Au classement de 15h00, 527 milles séparaient Romain Attanasio des Sables d’Olonne. Le compagnon de Sam Davies progresse actuellement au portant et devrait arriver vendredi en milieu de journée. 

Conrad Colman n’est plus qu’à 242 milles du but, mais « crazy-kiwi » n’est attendu à la bouée Nouch que ce week-end en raison de la faible vitesse que lui permet d’atteindre son gréement de fortune. S’il était pointé à moins de 3 nœuds à 15h, il devrait toucher du vent d’Ouest dans la soirée et se relancer un peu. Le néo-zélandais rencontre également des difficultés au niveau de ses provisions. Conrad devra peut-être utiliser ses rations de survie. Il sait qu’il a encore des ressources à disposition à bord de Foresight Natural Energy.

1000 milles derrière, Pieter Heerema va devoir faire attention puisqu’il rencontrera une forte dépression venant du Nord demain matin, avec 35 nœuds de vent et une mer forte. Le skipper de No Way Back pourrait garder une route plus Sud afin de rester en bordure de ce système. 

Enfin, en queue de flotte, Sébastien Destremau navigue toujours dans les alizés et bénéficie d’un vent de Nord-Ouest de 15-20 nœuds. Dans les jours à venir il devra définir sa route par rapport aux dépressions arrivant du Nord.
Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016