01 Mars 2017 - 08h14 • 28564 vues

Partager

Article

Il ne reste qu’un écueil au Néerlandais Pieter Heerema : la traversée du golfe de Gascogne. Il navigue toujours dans des conditions soutenues et on l’attend aux Sables d’Olonne demain jeudi entre 18h et 22h. Près de 1500 milles derrière, Sébastien Destremau devra de son côté patienter une dizaine de jours avant de couper la ligne et de devenir le 18e et dernier concurrent à terminer le huitième Vendée Globe…

 

Pieter Heerema entre excitation et concentration
Ce matin au large des côtes espagnoles, Pieter Heerema (No Way Back) entrevoit le bout du tunnel. Sa course a parfois était ardue à bord de son IMOCA de dernière génération équipé de foils. Mais le marin de 65 ans est en passe de réussir son défi très personnel en bouclant le Vendée Globe. Il devrait en finir demain, entre 18h et 22h. Il s’emparera alors de la 17e place avec un temps de parcours de 116 jours. Premier Néerlandais de l’histoire du Vendée Globe, Pieter pourra profiter à son tour du formidable accueil du public des Sables d’Olonne. A noter que le chenal est accessible de 16h à 22h30.
Mais pour le moment Heerema doit rester concentré sur une navigation qui se révèle encore tonique. Hier soir, il a décidé d’empanner et de faire cap à l’Est pour éviter les vents supérieurs à 30 nœuds. Dans les heures à venir, il va naviguer dans un vent de Sud-Ouest d’environ 25 nœuds et sur une mer qui reste formée avec une houle de 4 à 5 mètres. Ce soir Pieter devrait empanner pour faire route au Nord-Est. La nuit prochaine, le vent va mollir et basculer au Nord-Ouest en faiblissant (environ 10 nœuds). D’ici 24 heures (jeudi vers 9h), on attend une nouvelle bascule vers l’Est/Sud-Est. Ce flux poussera Pieter et son No Way Back jusqu’aux Sables…

Sébastien Destremau en restriction alimentaire à dix jours de l’arrivée
Après sa longue cavalcade dans les alizés de Nord-Est, Sébastien Destremau (TechnoFirst-faceOcean) est scotché dans les petits airs. Il n’a parcouru que 147 milles ces dernières 24 heures (vitesse moyenne : 6,1 nœuds). A la latitude des Canaries, Sébastien est englué dans un anticyclone des Açores qui est situé très Sud. Il navigue ce matin dans un vent de Nord-Est de 5 nœuds. Les routages proposent des options variées mais la plupart le font partir à l’Est sous les Açores. Pas certain que Destremau s’engage dans une telle option… A suivre !
Dans une vidéo envoyée hier, Sébastien ne cache pas qu’il est en restriction alimentaire et qu’il puise dans ses réserves de nourriture pour pouvoir tenir jusqu'à l'arrivée, prévue autour du 10 mars. Il s’essaye à la pêche pour tenter d’améliorer l’ordinaire. Demain soir, après l’arrivée de Pieter Heerema, il sera le dernier concurrent encore en mer dans ce huitième Vendée Globe.