Actualité

Kojiro Shiraishi ou l’énergie de revenir

Channel ambiance with Kojiro Shiraishi (JAP), skipper Spirit of Yukoh, start of the Vendee Globe, in Les Sables d'Olonne, France, on November 6th, 2016 - Photo Olivier Blanchet / DPPI / Vendee Globe

Ambiance chenal avec Kojiro Shiraishi (JAP), skipper Sp

En ce 4 décembre 2016, le Vendée Globe perdait son tout premier compétiteur asiatique. Pourtant, galvanisé par des milliers de messages de soutien, Kojiro Shiraishi formulait immédiatement la promesse de revenir achever son rêve. Un rêve qu’il nourrit depuis ses débuts en tant que navigateur.

Au moment d’annoncer son abandon, le skipper de Spirit of Yukoh (plan Farr, ex Hugo Boss, 3e du VG 2012-2013) est en 12e position et bataille ferme au sein d’un groupe composé de Nandor Fa, Conrad Colman, Stéphane Le Diraison et Arnaud Boissières… On oublie trop souvent la grande expérience au large de Shiraishi. En 1996, à l’âge de 26 ans, il devient le plus jeune Japonais à accomplir un tour du monde. En 2003, il dispute Around Alone puis termine second de la Velux Five Ocean en 2006-2007. Sans oublier ses traversées en multicoques avec Bruno Peyron ou Lionel Lemonchois.


Son désir d’accomplir le Vendée Globe relève presque d’une mission. Celle d ‘honorer la mémoire de son mentor Yukoh Tada, dont le bateau porte le nom. Shiraishi a été l’élève, le disciple de cet ancien chauffeur de taxi, à la fois peintre, musicien et aussi poète, devenu plus tard coureur au large, et qui se suicida pendant le Boc Challenge 1991.

Au Japon, des milliers de fans ont été happés par l’aventure de Shiraishi. Une fois son bateau ramené « à la maison » et le mât remplacé, Kojiro a déployé toute son énergie pour faire connaître son programme au public, naviguer autour du Japon, rencontrer ses fans, ses partenaires et œuvrer pour convaincre de nouveaux sponsors. Faute d’un budget suffisant, il ne pourra pas ramener son bateau en Europe cette année pour participer, comme il l’aurait souhaité, aux Globe Series. 


VG : Comment allez-vous ? Quelle est votre actualité ?

Il se passe plein de choses en ce moment au Japon. Je suis constamment à la recherche de sponsors pour préparer 2020. Nous avons ramené le bateau ici après le démâtage et l’été dernier, nous avons mené une vaste campagne pour faire naviguer des centaines de personnes dans les eaux japonaises.

VG : Comment cela s’est-il passé après votre abandon dans le dernier Vendée Globe ?

Ma déception n’a duré qu’un temps : entre le démâtage et mon arrivée en Afrique du Sud. J’ai reçu des milliers de messages de gens à travers le monde et j’ai été porté par cela. La déception a été compensée par le fait que tant de gens me soutenaient. Cela m’a permis d’avancer. Mes partenaires ont été solidaires et m’ont rassuré sur le fait qu’ils souhaitaient poursuivre pour la campagne de 2020.

VG : Qu’en est-il du bateau depuis votre retour au Japon?

Mon équipe a fait un super boulot pour remettre le bateau à l’eau. L’objectif était de pouvoir être en ordre de marche pour mener des opérations de relations publiques et d’avoir un bateau en mode compétition pour son retour ultérieur en France. On a décidé de récupérer notre ancien mât qui était à Southampton et de le ramener au Japon par container. En ce moment, on pense à changer le gréement. Et si nous avons assez d’argent, j’aimerais mettre des foils, mais ce n’est pas une priorité.

© Yoichi YabeVG : Avez-vous continué à naviguer ?

En dehors de nos navigations l’été dernier avec tous nos invités,  j’ai participé à quelques régates ici… dont certaines que je n’ai pas pu finir car le parcours passait sous des ponts trop bas pour le bateau ! J’ai aussi fait pas mal de golf avec des partenaires potentiels et de nombreuses conférences devant un public japonais très enthousiaste.


VG : Avec le recul, qu’avez-vous pensé de votre début de course ? Quels ont été vos points forts et vos points faibles ?

La manière dont je navigue n’a pas vraiment changé depuis Around Alone. En général, les débuts sont toujours compliqués parce que je souffre vraiment du mal de mer. Mais une fois que je commence à me sentir en forme, les choses se mettent en place. Je commence à mieux ressentir les signes de la nature, le vent, les vagues, je retrouve mes sensations et mon intuition. Au moment de mon démâtage, j’étais bien placé…  J’ai le sentiment que c’est un challenge envoyé par Dieu qui me disait en quelque sorte : « Continue, poursuis tes efforts, n’abandonne jamais ».

VG : Quel a été l’impact de votre  projet au Japon ?

Le suivi a été considérable. Nous avons organisé des interviews en direct pour la chaîne de télé nationale (TV Asahi) une fois par semaine, vues par des millions de spectateurs. Il y a eu des programmes spéciaux Vendée Globe sur la NHK pour promouvoir la course. On m'a aussi décerné le prix de la sportivité 2016. J’ai été un peu surpris parce que 2016 a été une année énorme pour le sport chez nous. Au début, je ne voulais pas recevoir ce prix car j’estimais que je n’avais rien accompli. Et puis je me suis dit que, finalement, ce prix montrait aux gens que l’échec fait aussi partie de la vie et que cela peut arriver à tous. Mais je ne me considère pas comme une célébrité. La seule raison qui me pousse à faire ce que je fais, c’est d’insuffler des pensées positives à tous les Japonais qui me suivent.
 

VG : Côté budget, où en êtes-vous ?

Ma situation financière n’est pas optimale, mais je suis très optimiste ! Je voulais recommencer à faire des compétitions en Europe cette année, mais entre le planning, le nouveau mât… on risque de ne pas avoir le temps. Je suis sans cesse en train de rencontrer des dirigeants d’entreprise pour les embarquer dans ce projet merveilleux. La plupart de mes anciens sponsors ont décidé de me suivre pour le prochain Vendée Globe, mais ils ne comprennent pas forcément l’intérêt de financer le projet deux ans avant l’échéance. J’essaie donc de convaincre des partenaires supplémentaires. Nous verrons. Tout dépendra du budget que j’arriverai à obtenir, mais j’aimerais avoir un nouveau bateau ou au moins un IMOCA plus compétitif que l’actuel.

VG : Etes-vous en contact avec les autres skippers qui préparent le prochain Vendée Globe ?

Malheureusement, non. Mais j’adorerais leur montrer le Japon et qu’ils puissent venir ici ! La course au large a changé ces quinze dernières années. En 2002, lorsque j’ai commencé, c’était plus une aventure, un peu en mode survie. Aujourd’hui, c’est devenu plus professionnel, très compétitif avec des bateaux qui évoluent constamment. Et ce n’est pas près de changer ! En fait, je crois que je préfère l’époque plus ancienne lorsqu’une atmosphère d’entraide et d’aventure régnait entre les skippers…"

-- 

. Jeunes recrues issues de la Youth America’s Cup et du multicoque à foil

Parallèlement à la poursuite de son projet personnel, Shiraishi désire aider les jeunes navigateurs locaux pour les emmener un jour sur la course au large. Deux jeunes régatiers japonais, Federico Sampei (22 ans) et Simon Suzuki (27 ans), qui ont disputé la Youth America’s Cup en 2017 aux Bermudes (Kaijin Team Japan), l’ont sollicité cet automne pour rejoindre son projet. 

« Ils sont jeunes, avides d’apprendre et tous deux parlent très bien anglais. Et même le français pour Simon », note Shota Kanda, fidèle compagnon de Kojiro, en charge des relations presse. « Ils feront tout deux partie du projet pour le prochain Vendée Globe et sont de super recrues pour l’équipe. Ils ont déjà commencé à travailler sur le bateau ».

« C’est formidable d’avoir ces jeunes qui arrivent et apprennent ce qu’est un IMOCA », confirme Kojiro . « Ce n’était pas évident de trouver des jeunes désireux de porter l’héritage… »

La course au large est très confidentielle au Japon et n’est pas vraiment perçue comme un sport. Rares sont les navigateurs japonais ayant déjà disputé une course en solitaire. En ramenant son bateau dans son pays, l’objectif de Shiraishi est de créer un engouement pour cette discipline et de séduire de jeunes marins afin qu’ils soient capables un jour de reprendre le flambeau, disputer le Vendée Globe et faire vivre l’esprit de Yukoh.

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016