En bref

Thomas Ruyant, il ne manque plus que le partenaire

Le long murmure qui courait le long des pontons depuis plusieurs mois est devenu information, ce jeudi 13 décembre : Thomas Ruyant a bel et bien lancé la construction d’un IMOCA60, avec la perspective de courir le prochain Vendée Globe 2020. En 2016, le Nordiste avait pris le départ dans un rôle d’outsider. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que sur Le Souffle du Nord pour le projet Imagine et sur un monocoque qui avait été dessiné pour Kito de Pavant et Groupe-Bel, Thomas avait brillé. D’abord en se mêlant à la lutte pour les places d’honneur, puis en ramenant en Nouvelle-Zélande son bateau qui était en train de se disloquer. Presque un miracle.

Revoici donc l’enfant de Malo-les-Bains, 36 ans, sur la route qu’il construit depuis des mois et qui doit le conduire à la ligne de départ de l’édition 2020, avec des ambitions plus élevées encore sur le plan sportif. Actés, la création de sa structure de course, TR Racing, et le lancement du chantier de son nouveau monocoque à foils, dessiné par Guillaume Verdier et réalisé par le chantier Persico, en Italie. Acté également le recrutement de la garde rapprochée, puisque Laurent Bourguès est en charge de la coordination technique, que François Pernelle entre dans le team en tant que responsable du bureau d’études, qu'Antoine Koch est responsable de certaines phases de conception (appendices, plans de voilure) et que Marcus Hutchinson, qui a notamment veillé sur le projet SMA, va venir mettre de l’huile dans les rouages.

Reste encore à peaufiner le financement du projet sportif et l’engagement d’un sponsor – ou de plusieurs sponsors – dans l’aventure. Pour l’heure, TR Racing peut s’appuyer sur un pool d’investisseurs qui n'a pas vocation à donner un nom au projet. Un skipper de haut potentiel et très apprécié, un bateau forcément très prometteur... ne manque plus qu’un peu de couleur sur la coque et sur les voiles !

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016