Actualité

Voyages en terres inconnues

îles Kerguelen
© DR

En ces temps de confinement, nous vous proposons un peu d’évasion. Les marins du Vendée Globe ont parfois l’occasion de longer quelques terres où la civilisation moderne est entrée à pas de loup. Communautés d’habitants loin de la frénésie moderne, territoires sauvages accessibles à quelques scientifiques et techniciens triés sur le volet, ils sont aussi les témoins d’une nature encore sauvegardée et parfois méconnue. Inventaire non exhaustif.

Atlantique Sud, des paradis tropicaux aux Quarantièmes
Logiquement, la route des solitaires du Vendée Globe devrait les amener à infléchir leur trajectoire vers les côtes brésiliennes. En effet, le franchissement du Pot-au-Noir est souvent moins douloureux aux alentours de 30°W. Qui plus est, l’anticyclone de Sainte-Hélène et ses calmes imposent le plus souvent un long détour le long des côtes d’Amérique du Sud avant de piquer vers l’est à hauteur des 35°S.

Fernando de Noronha
© common.wikimedia.prgInscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, l’archipel ne compte qu’un peu moins de 3000 habitants, quasiment tous dévolus à la préservation des sites naturels et à un tourisme de luxe select (pour y être allé, ce ne sont pas des palaces, mais la rareté crée le privilège). Charles Darwin y fit escale en 1832. Aujourd’hui, l’accès à l’archipel est fortement réglementé. C’est ici que Bertrand de Broc fit escale en mouillage forain en novembre 2016 pour inspecter sa quille avant de décider d’abandonner au vu de l’état de celle-ci.

Trindad et Martin Vaz (20°30’S 29°W)
© Simone Marinho — Travail personnel - WikimediaL’archipel a connu une monarchie éphémère à la fin du 19e siècle quand l’écrivain franco-américain James Harden-Hickey en prit possession afin d’instaurer un régime dictatorial calqué sur le modèle de Napoléon III. Chassé par les troupes britanniques, il est écarté du pouvoir en 1895. De subtiles négociations diplomatiques finiront par attribuer l’archipel au Brésil. Aujourd’hui seule une garnison d’une trentaine de militaires occupe l’île de Trindad.

Île Gough (40°19’S 9°56’W)
© Unesco 2006Quasiment à mi-chemin entre les côtes d’Argentine et l’Afrique du Sud, l’île Gough fait partie de l’archipel britannique de Tristan da Cunha. Elle appartient aux territoires britanniques de Sainte-Hélène. L’abondance d’éléphants de mer et d’otaries à fourrures aurait pu inciter les populations de chasseurs à s’installer au 19° siècle. Mais la rudesse des conditions météorologiques et l’absence de mouillage protégé ont eu raison des tentatives de colonisation de l’île qui est devenue réserve naturelle intégrale. Aujourd’hui, seule une station météo, sur la côte est, abrite une petite dizaine de scientifiques. Sur la route des 40°, il arrive que les marins du Vendée Globe passent à proximité et puissent établir une conversation avec les résidents : un moment rare pour tous ceux qui l’ont vécu.

Océan Indien, le royaume des terres australes
Loin des paradis tropicaux, les îles de l’océan Indien sont des territoires battus par les vents où l’herbe est rase et les conditions de vie difficiles. Un paradis pour les colonies d’oiseaux de mer, les éléphants de mers, orques et dauphins…

Îles du Prince Edward et Marion (46°50’S 27°45’E)
© NASA-Earth ObservatoryCartographiées pour la première fois en 1772 par le commandant Marc Joseph Marion Dufresne, elles furent revendiquées par la couronne britannique après qu’une première expédition menée par le capitaine britannique George Nares put y débarquer. En 1947, la souveraineté des îles fut transférée à l’Afrique du Sud. Une petite communauté scientifique (station météo et centre d’études de biologie) s’y relaie en permanence. Lors des dernières éditions du Vendée Globe, la limite des glaces ne permettait pas de passer à proximité, tout comme l’archipel de Crozet, un peu plus à l’est.

Archipel de Kerguelen (49°20S 69°20E)
C’est en 1772 que le navigateur Yves Joseph de Kerguelen découvre l’archipel. Quand il revient en France, il pense (ou espère) avoir découvert un nouveau continent austral qui assurerait à la France de nouvelles colonies potentielles. Il faudra déchanter : l’archipel, même si sa surface est équivalente à celle de la Corse, n’est pas le continent imaginé. Néanmoins, plusieurs tentatives d’implantations d’usines d’huile animale verront le jour : toutes seront vouées à l’échec, les conditions étant définitivement trop hostiles. Aujourd’hui, l’archipel de Kerguelen abrite la plus grande des bases des Terres australes et antarctiques françaises à Port-aux-Français dans l’est de l’archipel. Entre 50 (l’hiver) et 120 personnes (l’été) occupent la station permanente pour des missions scientifiques ou d’entretien de quelques mois à un an.

C’est à Port-aux-Français que deux navigateurs du Vendée Globe avaient fait escale en 2008. Le Suisse Dominique Wavre avait pu réparer puis partir par ses propres moyens vers l’Australie. Son compatriote Bernard Stamm avait eu moins de chance : son mouillage n’avait pas tenu et son monocoque s’était échoué juste devant la base scientifique. Irrémédiablement endommagé, le bateau avait été treuillé à bord du Marion Dufresne, le ravitailleur des terres australes et ramené en ponté jusqu’à La Réunion.

Amsterdam et Saint-Paul (37°50’S 77°30’E)

© Francis Letourmy - travail personnelLeur position relativement nord permet aux navigateurs du Vendée Globe de venir croiser à proximité de ces deux îles volcaniques distantes l’une de l’autre d’une cinquantaine de milles. Saint-Paul se distingue par son cône volcanique presque parfait dont un pan s’est effondré laissant l’eau envahir le cratère. Réserve naturelle intégrale, elle a abrité une petite colonie de pêcheurs de langoustes au début du 20° siècle. Oubliés par leur armateur qui avait fait faillite, plusieurs d’entre eux sont décédés sur place du scorbut. L’affaire des oubliés de Saint-Paul avait fait grand bruit à l’époque.

Amsterdam abrite la plus petite des bases des terres australes. Sa position éloignée de toute terre en fait un observatoire climatologique idéal. Les prélèvements d’air réalisés à la pointe Bénédicte en font une référence mondiale en matière de mesure de diffusion des gaz à effets de serre et autres particules.


Océan Pacifique, le géant
Les skippers du Vendée Globe y entrent une fois franchie la latitude de Melbourne, juste avant de croiser les latitudes de la Tasmanie, et s'y aventurent jusqu'au cap Horn. C'est le plus vaste des océans de la planète, dont il recouvre quasiment un tiers (168 730 000 km2). Dans le Pacifique sud, les îles ont souvent les atours du paradis. Mais pas seulement.

Îles Auckland (50°42’S 165°05’E)
© Common Wikimedia - Rosehn - travail personnelÀ 300 milles dans le sud de l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande, l’archipel est inhabité. Seuls quelques scientifiques y viennent ponctuellement faire des observations, notamment de l’importante colonie de lions de mer. Dernières terres avant le cap Horn, les îles Auckland ont plusieurs fois servi d’escale aux navigateurs du Vendée Globe. Marc Guillemot avait mouillé dans une des baies de l’île Auckland, la plus grande des îles de l’archipel en 2008. En 2012, c’était au tour de Bernard Stamm de s’arrêter en vue de réparer ses hydrogénérateurs.

Retour en Atlantique Sud
Après le franchissement du cap Horn dont on oublie souvent que c’est une île dont les uniques occupants sont un militaire chilien et sa famille chargés de veiller sur le feu, les concurrents vont devoir choisir : embouquer le détroit de Le Maire ou faire le grand tour par l’est de l’île des États.

L’île des États (54°50’S 65°E)
© Commons Wikimedia - Serge OuachéSéparée de la Terre de Feu par le détroit de Le Maire, elle connut une notoriété soudaine grâce au roman de Jules Verne, Le Phare du Bout du Monde, qui relate la construction du phare de San Juan del Salvamento, en 1898, à la pointe est de l’île. Théâtre de nombreux naufrages, l’île a toujours eu mauvaise réputation. C’est sans doute ce qui lui valut d’accueillir un bagne à la fin du 19e siècle, projet qui fut finalement abandonné par le gouvernement argentin au bout de quelques années. En 1997, un groupe de navigateurs et d’aventuriers décida de reconstruire le phare à l’identique. Malgré des conditions particulièrement difficiles, le phare s’est allumé de nouveau en janvier 1998. Une réplique du phare a été installée devant le port des Minimes à La Rochelle le 1er janvier 2000. Il sert aujourd’hui de résidence d’artistes.

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016