Actualité

Jérémie Beyou roi du bras de fer

Jérémie Beyou (Charal)
© © Eloi Stichelbaut - polaRYSE / IMOCA

Cette première édition de la Vendée – Arctique – Les Sables d’Olonne fut exceptionnelle d’engagement, de suspense et de retournements de situations. Condamnés à voir leur route traversée par les systèmes météo, les skippers Imoca ont tout vécu : du près costaud, des zones de molle longues à ronger les écoutes, des successions de dépressions, de longs bords grisants, et une montée jusqu’au 62°N, le point le plus septentrional jamais atteint dans une course Imoca.

Dans ce jeu où les cartes étaient rebattues régulièrement, Jérémie Beyou, Thomas Ruyant et Charlie Dalin ont tour à tour pris la tête. Dans la montée pour les deux premiers cités, à la marque passage COI-UNESCO tout là-haut pour le Nordiste après un bord intérieur d’anthologie, et à la bouée Gallimard à 530 milles des Sables d’Olonne pour le Havrais.

Le jeu a été une nouvelle fois rebattu quand Charlie Dalin (Apivia), après avoir passé le dernier waypoint, a misé sur la bascule du vent et que les solitaires de Charal et LinkedOut sont montés plus nord pour soigner leur angle au vent, et ont pris l’avantage. Le plus rapide, sur ce dernier tronçon entre la bouée Gallimard et les Sables fut le Lorientais, vainqueur il y a quatre ans de la New York – Vendée Les Sables d’Olonne. Le périple arctique de ce mois de juillet est sa deuxième victoire en solitaire en Imoca.

Bien que dominateur, le trio de tête n’a pas lâché la concurrence : les arrivées devraient rythmer cette nuit de Fête Nationale. C’est forcément joli, un feu d’artifice qui commence par le bouquet final.

 

Le podium
1 – Jérémie Beyou (Charal) en 10 j 5 h 14’ 8’’
2 – Charlie Dalin (Apivia) 
3 – Thomas Ruyant (LinkedOut) 


Les chiffres 
Jérémie Beyou a parcouru 3284,32 milles à 13,39 nœuds de moyenne, soit 11,45 nœuds sur le parcours théorique (2807 milles).

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016