17 septembre 2020 - 16h:29 • 219 vues

Partager

Article

Plus de 30 ans après sa création, le Vendée Globe est un phénomène de plus en plus puissant, en témoigne le nombre record de concurrents confirmés pour cette neuvième édition. Cette aventure attire toujours plus d’hommes et de femmes qui en font une quête personnelle et parviennent à convaincre des entreprises d’adhérer à ce projet inouï, dont le sens et la signification se sont élargis depuis les premiers temps. Quels sont-ils justement ? Voici quelques éléments de réponse.

Un concept qui rend la voile très simple

Depuis son origine, la course au large la plus célèbre cultive son concept d’une grande simplicité : un homme/une femme sur un bateau autour du monde, sans escale et sans assistance. C’est toute la force de cette idée, car elle est simple à comprendre pour tous. C’est aussi pour cela qu’il est facile pour chacun d’entre nous de concevoir la difficulté extrême que représente ce défi. Le public admire ces héros et héroïnes qui font preuve d’un tel courage, tout en restant accessibles et affables. Ils sont restés étrangers aux troubles qui font parfois irruption dans le sport, aujourd’hui plus souvent proche du business que de l’esprit de Pierre de Coubertin. Pour ce qui concerne les bateaux, le jeu s’adresse à une seule classe de monocoques prototypes. Simple, là encore.

Partager avec le plus grand nombre, nourrir l’imaginaire

Pour toutes ces raisons, Le Vendée Globe tire une partie de sa force de cette capacité à faire rêver le public. Pour que tous les publics puissent se l’approprier, la course a toujours adopté un principe fondamental d’accessibilité. Ainsi, le village et le ponton ont toujours été ouverts à tous et gratuitement. Les images produites par la course et ses acteurs ont toujours été accessibles à tous les diffuseurs d’informations (médias et réseaux sociaux notamment), sans exclusivité et sans droits. Contrairement à beaucoup d’événements qui tirent un profit maximum de la vente de leurs droits au détriment d’une exposition réduite, le Vendée Globe puise sa force dans une valeur essentielle : il reste un bien public.

Un territoire à valoriser

Un autre pilier de la course est le terreau extrêmement fertile dont elle a bénéficié pour se développer : son territoire. D’abord port d’accueil aux Sables d’Olonne, puis partenaire titre dès sa première édition (le Globe Challenge s’est mué en Vendée Globe Challenge) et enfin propriétaire de la course, le Département de la Vendée et ses acteurs économiques en sont devenus les meilleurs soutiens. Le lien qui unit la course à ses partenaires et aux sponsors est étroit. Il est tout à la fois un pré-requis, une force d’attraction pour les partenaires et un mode opératoire de la préservation des valeurs de l’événement.

Des valeurs en commun

Parce que le tissu économique vendéen est constitué d’un noyau hyper actif de sociétés de toutes tailles, pour lesquelles la solidarité et l’engagement sont des valeurs qu’elles appliquent au quotidien, l’événement est devenu un formidable fédérateur d’énergies. Ce soutien indéfectible à terre permet de placer les acteurs de la course dans les meilleures conditions possibles, pour qu’ils puisent déployer à leur tour cette énergie pour traverser les océans et dépasser les 3 caps mythiques de cette circumnavigation. Et si tant de partenaires affluent vers la course ou vers les projets sportifs, c’est parce que tous saluent, reconnaissent et s’identifie au plus beau des piliers du Vendée Globe : l’aventure humaine. La vie, en somme.

Rejoindre le Club VG2020

Les inscriptions sont ouvertes : Réservez votre place au village