26 Décembre 2020 - 09h56 • 8524 vues

Partager

Article

À bord de son « scow », un monocoque à l’étrave ronde, Armel Tripon est revenu progressivement au milieu de la flotte et les conditions météorologiques à venir laissent entendre que cette remontada est loin d’être achevée… L’Occitane en Provence pourrait bien raccrocher le wagon de tête au cap Horn !

« J’ai eu le droit à deux Noël ! Et j’ai rattrapé Romain (Attanasio)… Il est par mon travers maintenant. Un joli cadeau de Noël : ça avançait bien et dorénavant, le vent s’est un peu écroulé et ça me permet d’aérer le bateau, de faire sécher l’intérieur. Et je vais faire un tour du bateau pour voir ce qui ne va pas… C’est une transition car le vent va revenir. Mais je ne connais pas le Pacifique : je découvre tout !

Et le bateau est fabuleux : pour l’instant, je n’ai pas fait de près et il est à 100% de son potentiel. Et puis je suis désormais calé sur l’heure locale, sur le soleil.

J’adore le chocolat (noir, minimum 80%), alors j’en grignote souvent. Car la nourriture, c’est super important : j’ai une collection de pâtes fabriquées en Morbihan que je fais avec du thon, du foie gras… Cela permet de faire une pause, de reprendre des forces. Et moralement aussi, c’est capital, mais j’avais surestimé ma capacité à faire à manger quand le bateau va vite ! Faire revenir des oignons, éplucher de l’ail, c’est quand même top. »
 

Armel Tripon / L’Occitane en Provence