09 Février 2021 - 17h00 • 17790 vues

Partager

Article

Encore une incongruité dans ce Vendée Globe qui défie décidément la raison ! Après 93 jours de mer, Stéphane Le Diraison (Time for Oceans, 17e) et Alan Roura (La Fabrique, 18e) sont bord à bord, à moins de 600 milles de l’arrivée. Les deux hommes, qui ont l’habitude de batailler ensemble, ne lâchent rien à l’image des neuf autres skippers encore en course, dont les premiers – Arnaud Boissières (La Mie Câline – Artisans Artipôle, 15e) et Kojiro Shiraishi (DMG Mori Global One, 16e) – sont attendus dans le froid glacial de la nuit de mercredi à jeudi.

Le Diraison-Roura, « ne me quitte pas »

Ils ont eu plus de 1000 milles d’écart et sont désormais à touche-touche. « On se voit, on va être bord à bord bientôt et on pourra même boire un café ensemble », s’amuse Alan Roura. Sur la cartographie, La Fabrique et Time for Oceans sont si proches que les deux skippers naviguent à vue. On a même entendu l’alarme se déclencher à bord du bateau de Stéphane Le Diraison ! Ce dernier explique : « On est côte à côte, c’est assez singulier ! C’était déjà le cas dans l’océan Indien il y a deux mois. On a eu des conditions différentes, des problèmes dans la remontée et, là, on se retrouve dans le même système ».

Alan Roura ajoute : « On est très proches. Du coup, la nuit, c’est sport, on est obligés de rester très éveillés et d’être plus attentifs. C’est une belle bagarre ! Mais il faut la jouer intelligemment jusqu’au bout pour ne pas endommager nos bateaux ». Si les deux hommes gardent un écart aussi faible, ils pourraient rééditer l’exploit de la dernière Route du Rhum : à leur arrivée à la 7e (Alan Roura) et 8e place (Stéphane Le Diraison), ils n’étaient séparés que de 4 minutes et 43 secondes !

Le point sur la course : des ETA décalés

Contrairement aux prévisions de ces derniers jours, aucun skipper n’arrivera aux Sables-d’Olonne avant jeudi. Christian Dumard, le météorologue du Vendée Globe, explique : « Les ETA ont glissé. Le vent est assez variable, il y a un peu d’inertie sur les changements de voile et la dépression se décale un peu plus vite dans le sud ». Les quatre premiers – Arnaud Boissières (15e), Kojiro Shiraishi (16e), Stéphane Le Diraison (17e), Alan Roura (18e) - devraient ainsi arriver au près. Les skippers de La Mie Câline-Artisans Artipôle et de DMG MORI Global One sont attendus jeudi au petit matin, dans la nuit la plus froide de la semaine. « Il y aura un vent très froid, 15 nœuds de vent et jusqu’à - 8°C en ressenti entre 1h et 6h du matin », précise Christian Dumard.

Manuel Cousin rassure et repart !  

Quatre jours après la rupture de sa tige de vérin de quille, le skipper de groupe SÉTIN s’est employé pour réparer. Il a mis le cap vers l’anticyclone afin d’avoir des conditions plus clémentes pour naviguer. « J’ai dû travailler 48 heures non-stop pour arriver à réparer et retrouver un système permettant à la quille d’être maintenue et fixée en position centrale », a expliqué Manuel Cousin. Le marin assure qu'il a terminé ses travaux « hier à minuit ». « Il n’avançait qu’à 2 à 3 nœuds ce matin parce qu’il était dans l’anticyclone, mais il va retrouver du vent », précise Christian Dumard. « Je reprends ma route en direction des Sables-d’Olonne ! » apprécie Manuel Cousin. Miranda Merron a tenu à le féliciter : « Il a travaillé comme un dingue. Je lui dis 'chapeau' ! »

Le reste de la flotte continue sa progression

Didac Costa (One Planet One Ocean, 20e), qui est passé à l’Ouest des Açores, devrait bénéficier du prochain front pour arriver au portant ce week-end. À 700 milles plus au Sud, Clément Giraud mène un trio avec Miranda Merron et Manuel Cousin. « J’ai perdu du terrain à cause du pot-au-noir mais on en a enfin fini avec les alizés de Nord-Est qui étaient très instables et particulièrement usants », souligne la navigatrice de Campagne de France. Plus loin, la traversée du pot-au-noir devrait être moins problématique pour Alexia Barrier (TSE-4myplanet, 24e) et Ari Huusela (STARK, 25e). Sam Davies (Initiatives Cœur, hors course) est également sortie du pot-au-noir alors qu’Isabelle Joschke (MACSF, hors course) tente de s’en extraire.

Déjà des départs sur les pontons des Sables-d’Olonne

C’est une page qui se tourne et une pointe de nostalgie affleure. Certains des bateaux déjà arrivés ont quitté le ponton de Port-Olona. Hier après-midi, c’est LinkedOut qui a mis le cap sur Lorient avant d’être imité quelques heures plus tard par Seaexplorer-Yacht Club de Monaco. Dans la journée, l’équipe de Groupe APICIL s’apprêtait aussi à effectuer son convoyage. Le départ d’APIVIA est également prévu ce mercredi. À noter par ailleurs que Newrest-Arts & Fenêtres, le bateau de Fabrice Amedeo a été sorti de l’eau et mis en chantier. « Le bateau va être repeint, explique-t-il. C’est important de repartir avec de nouvelles couleurs pour démarrer ce nouveau cycle qui va nous conduire jusqu’au Vendée Globe 2024 ».

 

Par la rédac du Vendée Globe / Antoine Grenapin