25 Février 2021 - 09h12 • 15703 vues

Partager

Article

Alors que Kojiro Shiraishi est d’ores et déjà de retour à l’autre bout de la terre au Japon, Miranda Merron, elle, est toujours aux Sables d’Olonne. Pip Hare semble ne pas tenir en place, quant à Didac Costa, il a repris ses fonctions de pompier à Barcelone ! 

Ils ont bouclé leur Vendée Globe il y a 14 jours pour Kojiro Shiraishi, 13 jours pour Pip Hare, 12 jours pour Didac Costa et tout juste 7 jours pour Miranda Merron. La vie reprend doucement son cours pour ces quatre skippers internationaux du Vendée Globe. 

 

L’importance de la nourriture et… du vin !

Physiquement, les corps ont souffert. À ce sujet, Miranda Merron ironise : “J’ai 20 ans dans ma tête mais… Ça allait très bien jusqu’à l’arrivée, mais deux heures après, l’adrénaline est retombée et tout me fait mal maintenant !” Globalement, les marins déclarent avoir perdu du poids. Pour Kojiro Shiraishi, c’est un enseignement à tirer pour la suite de sa carrière de marin : “Je n'ai pas beaucoup mangé pendant cette course. En fait, il me restait trois semaines de nourriture à l'arrivée. J'ai perdu près de 10 kilos. Pour les prochaines courses, il faut que je sois plus vigilant là-dessus.” Pour Miranda, c’est surtout le début de course qui fut compliqué en termes d’alimentation : “J’ai perdu du poids les premières semaines et ensuite j’ai réussi à manger correctement. En tout j’ai perdu 3 kilos.” Un autre enseignement à tirer de ce Vendée Globe : Neptune n’aime pas le vinaigre ! La skipper de Campagne de France s’amuse : “Au passage retour de l’Équateur, j’ai offert du vin qui avait tourné à Neptune : c’est sans doute pour ça que j’ai eu une remontée de l’Atlantique aussi affreuse !” 

Pip Hare de son côté, avoue que depuis son retour à terre, elle mange excessivement vite et en grande quantité : “les gens sont horrifiés par la quantité de nourriture que je mange et par la vitesse à laquelle je mange. Cela ferait même honte à un labrador ! Mais j'ai perdu environ huit kilos, ce qui est trop.” Le tour du monde ne leur aura pas fait perdre le sens de l’humour !

 

La vie sans un bruit

À l’instar de Clarisse Crémer, qui l’évoquait dans un précédent article, retrouver le silence fait partie des petits plaisirs de terrien. Didac Costa, accueilli dans le chenal par les pompiers sablais qu’il reconnaît comme sa famille, fait le même constat : “Ce que j'ai le plus apprécié, c'est la tranquillité car il y a toujours beaucoup de bruit sur le bateau.” C’est le bruit des sirènes que le marin espagnol s’est empressé de retrouver puisqu’il est de retour à la caserne des pompiers de Barcelone. 

 

Et maintenant ?

Pour Miranda Merron, la première étape va être de réaliser ce qu’elle vient d’accomplir. En effet, la skipper de Campagne de France avoue être un peu “dans le déni” : “Je ne me rends absolument pas compte que j’ai fait un tour du monde en solitaire sans escale. D’un côté je suis super fière et de l'autre je ne me rends pas compte ! “ Pour Pip Hare, pas le temps de buller, la navigatrice se prépare déjà à disputer une course à la voile et à pied dans les 3 plus hautes montagnes du Royaume-Uni en septembre, appelée “3 Peaks Yacht Race”. Course qu’elle souhaite tout simplement... gagner ! À plus long terme, la britannique admet être déjà très concentrée sur 2024 : “Je cherche un bateau. Nous avons des conversations avec Medallia. Ce n'est pas gagné, nous devons y travailler, mais je veux absolument retourner sur l'eau bientôt.” La navigatrice de 47 ans semble plus déterminée que jamais !

Par la rédac du Vendée Globe / Anne Gourcuff