06 Décembre 2012 - 13h32 • 2258 vues

Partager

Article

Retrouvez les principales déclarations du live du jeudi 6 décembre, en présence de l'Académicien Erik Orsenna.

Erik Orsenna
Ils nous font rêver. Ils se tirent une bourre absolument magnifique, ils sont 4 en 40 milles !
Le grand Sud, c’est fascinant. Le bruit de la glace, les craquements... Les baleines, les oiseaux de toutes sortes... Au fur et à mesure de la descente, on voit des oiseaux différents. On peut se situer en latitude en fonction des oiseaux qui nous survolent.

 

Dominique Wavre (SUI, Mirabaud)
Les conditions sont agréables, il n’y a pas de grain, c’est plutôt tranquille après ce qu’on a vécu il y a deux jours.
On a essayé d’échapper par dessous, on a eu beaucoup de manœuvres à faire. Sous la bulle, ça nous fait un grand ciel bleu magnifique. Après avoir passé l’anticyclone il n’y a pas de vent, mais au moins les conditions sont merveilleuses.

 

Bernard Stamm (SUI, Cheminées Poujoulat)
Ca secoue moins qu’il y a quelques heures. Le vent a diminué, mais c’est surtout la mer qui s’est arrangée. Elle est beaucoup moins chaotique et, du coup, le bateau beaucoup moins sous-marin. Ce matin c’était du rodéo !
Cette nuit j’ai pu me reposer un peu. Je me prépare à manœuvrer. Ce serait bien d’avoir une grue pour déplacer les affaires sur le pont car elles sont pleines d’eau. Mon chandelier est toujours en vrac, il faut que je fasse quelque chose. Mais pour l’instant ce n’est pas trop grave, il n’y a pas de dégât collatéral, pas d’effet boule de neige.
Là je suis à 18 nœuds, sous spi, je compte garder le sud jusqu’à la glace ! (Rires) Dans peu de temps il faudra que je remonte car la porte est bientôt plein nord.

 

Jean Le Cam (FRA, SynerCiel)
Ca va bien, la nuit a été agréable avec un ciel extraordinaire. Ca faisait longtemps que je n’avais pas vu une pureté pareille.
On a passé la journée d’hier dans la pétole. Là ça a redémarré depuis un moment, on fait cap vers la prochaine porte.
On est un petit groupe de trois, chacun son tour devant. Il y a une course dans la course pour nous et c’est très sympa comme histoire.
J’essaye de passer au sud de l’anticyclone, on va essayer de se décaler. On devrait y échapper car il avance vers l’est, on n’aura pas affaire à lui.
On a 20 nœuds de vent et ça marche bien. On accélère depuis une heure ou deux.

 

François Gabart (FRA, MACIF)
C’est parfait, tout va bien, ça glisse, toujours. On a entre 12 et 25 nœuds au portant, il y a toujours de la mer, je pense que ça ne va pas s’arrêter dans les semaines qui viennent.
Je viens de faire ma toilette, je suis presque propre. On a réussi à se reposer la nuit dernière. Je suis en pleine forme, je croise un peu les doigts pour les heures et jours qui viennent en espérant que l’anticyclone ne va pas trop nous ennuyer.


Mike Golding (GBR, Gamesa):
Hier les conditions étaient difficiles et je sentais bien que ça n’allait pas donc j’ai du empanner. Maintenant, les conditions sont meilleures, la direction du vent a arête de changer tout le temps et ça nous aide à progresser efficacement. Je vise la partie est de la porte.   
C’était intéressant de voir que le record de vitesse a été battu cette fois-ci car j’avais plutôt l’impression qu’on était un peu derrière les bases de ce record. Mais pas parce qu’on n’a pas poussé les bateaux, bien au contraire…


Rich Wilson (USA, ancien concurrent du Vendée Globe): J’adorerais faire le Vendée Globe encore une fois. Cette année, c’est vraiment une course incroyable, je suis particulièrement impressionné par les bateaux de la nouvelle génération.


Sam Goodchild (GBR, figariste): Voir les skippers évoluer dans les conditions actuelles me donne encore plus envie de tout faire pour disputer le prochain Vendee Globe. C’est vraiment très impressionnant à voir et ça représente un magnifique défi.