L'actualité en bref

Tony Bullimore nous a quittés

Tony Bullimore est décédé des suites d’un cancer à l’âge de 79 ans. Le navigateur britannique qui avait pris le départ du Vendée Globe 1996, avait chaviré au large de l’Australie. Cinq jours durant, blessé aux mains et aux pieds, il s'était battu pour survivre dans sa coque retournée jusqu’à ce que la frégate Adelaïde de la Marine australienne vienne à son secours. Son sauvetage, de même que celui de Thierry Dubois et de Raphaël Dinelli avait mis en exergue son incroyable instinct de survie.

Par la suite Tony Bullimore a continué de naviguer au large avant d’ouvrir un club à Bristol. Haut lieu de la culture pop underground, le Bamboo Club avait accueilli des stars comme Bob Marley ou Tina Turner.

Le Vendée Globe garde un souvenir ému de ce personnage particulièrement attachant qui avait marqué l’histoire de la course par son aventure et sa simplicité. La SAEM Vendée s’associe à la douleur de ses proches…

Drheam Cup : les femmes à l’honneur

La Drheam Cup Destination Cotentin s’est achevée par un doublé inédit puisque ce sont les deux seules femmes engagées en IMOCA qui se sont adjugées les deux premières places. Sam Davies (Initiatives Cœur) signe ainsi un retour tonitruant pour sa première course à bord de sa nouvelle monture. Elle précède Isabelle Joschke (Monin) qui confirme sa montée en puissance en signant un nouveau podium après sa deuxième place dans les Monaco Globe Séries aux côtés d’Alain Gautier. Yann Eliès (Ucar – St-Michel), troisième et beau joueur, a salué le parcours sans faille de ses deux concurrentes. Au final, neuf concurrents ont été classés dans cette épreuve qualificative pour la prochaine Route du Rhum.

 

Alex Thomson a choisi

Alex Thomson a choisi

On se doutait qu’Alex Thomson ne s’en tiendrait pas là et qu’il serait présent au départ du Vendée Globe avec un bateau neuf. Le Britannique qui espère être le premier à faire tomber la domination française sur l’épreuve a choisi pour cette édition 2020 de faire confiance à des valeurs sures.

Ce sera donc le cabinet d’architectes VPLP qui dessinera la nouvelle monture d’Alex. Sa construction sera confiée au chantier britannique Carrington qui avait déjà conçu l’IMOCA qui s’était classé deuxième de la Barcelona World Race 2007-2008 sous les couleurs d’Hugo Boss.

Golden Globe Race : la longue route

C’est sous le soleil que les concurrents de la Golden Globe Race se sont élancés, dimanche 1er juillet ,pour un tour du monde à l’ancienne qui devrait les ramener aux Sables d’Olonne d’ici 200 jours. Parmi ces amoureux d’une voile qui reviendrait à ses origines, on trouve l’inoxydable Jean-Luc Van-Den-Heede qui va boucler un quatrième tour de la planète sans escale après les Vendée Globe de 1989 et 1992 et son record de tour du monde contre les vents dominants. Plusieurs anciens du Vendée Globe étaient sur les pontons des Sables d’Olonne pour saluer les candidats à l’aventure comme Catherine Chabaud, première femme à boucler un tour du monde sans escale, en course et en solitaire, Alain Gautier, vainqueur de l’édition 1992, Loïck Peyron ou Patrice Carpentier…

Giancarlo Pedote : un bateau pour préparer 2020

Giancarlo Pedote : un bateau pour préparer 2020
© François VAN MALLEGHEM / GIAN CARLO PEDOTE RACING

Le navigateur italien Giancarlo Pedote vient de faire l’acquisition de l’ancien Virbac-Paprec de Jean-Pierre Dick avec lequel Yann Eliès disputera la Route du Rhum 2018. Le navigateur italien disposera donc de sa monture à partir de janvier 2019. Son fidèle sponsor Prysmian Group qui l’accompagne depuis plusieurs années va lui permettre de s’entraîner en vue du Vendée Globe 2020 avant de trouver les partenaires complémentaires qui lui permettront d’être au départ.

Giancarlo Pedote a fait l’essentiel de sa carrière de coureur au large sur le circuit Mini avec quelques incursions en Figaro et Class40. Il a notamment terminé deuxième de la Mini-Transat 2013 à la barre d’un proto signé David Raison. Marié et père de deux enfants, il vit actuellement en Bretagne. Le monde de l’IMOCA n’est pas totalement une découverte puisqu’il était le co-skipper de Fabrice Amedeo lors de la dernière Transat Jacques Vabre

Meilhat et Gahinet, au bout du suspense !

Meilhat et Gahinet, au bout du suspense !
© Yacht Club de Monaco

Premiers à inscrire leurs noms au palmarès des Globe Series, le championnat du monde IMOCA nouvelle mouture, Paul Meilhat et Gwénolé Gahinet (SMA) ont remporté de haute lutte l’édition monégasque le jeudi 7 juin, au petit matin, accueillis sur les pontons par le Prince Albert II. Après plus de 3 jours et 19 heures de navigation, sur un parcours réduit mais éreintant pour les nerfs en raison d’une situation météorologique instable, ils se sont imposés devant Isabelle Joschke et Alain Gautier (Monin) au cordeau avec Fabrice Amedeo et Eric Péron (Newrest – Art & Fenêtres).

« C’était hyper physique et difficile pour les nerfs », raconte Paul Meilhat, qui avait remporté la Bermudes 1000 Race, au mois de mai dernier. « Sportivement, c’est dingue, il y a plein de rebondissements, que tu sois devant ou derrière, ça n’est jamais fini. Mais il n’y a rien de plus intéressant en termes d’adrénaline. Tu te sens vivant quand tu fais des courses en Med’ ! Tu passes par toutes les émotions. Sans parler du spectacle. On a vu des baleines, des dauphins, des paysages dingues, dans les bouches de Bonifacio, le long de la Sardaigne. Bref, ça devrait être obligatoire de faire au moins une course en Méditerranée par an ! » Une première dans les Globe Series (et sans foils) pour Paul Meilhat, toujours en quête d’un partenaire pour participer au prochain Vendée Globe.

Classement des Monaco Globe Series:

1/ SMA (Meilhat/Gahinet)

en 3 jours 19 heures et 17 minutes.

2/ Monin (Joschke/Gautier)

en 3jrs 21h 3min 50s

3/ Newrest – Art & Fenêtres (Amedeo/Péron)

en 3jrs 21h 11min 10s

4/ Kilcullen Team Ireland (Mulloy/Ruyant)

en 3jrs 22h 25min

5/ Boulogne Billancourt (Le Diraison/Maslard)

en 3jrs 23h 45min 03s

6/ Groupe Setin (Cousin/Roura)

en 3 jrs 23h 32min 38s (+15 minutes)

7/ Malizia (Herrmann/Casiraghi)

en 4jrs 00h 03min

8/ Bureau Vallée 2 (Burton/Hubert)

en 4jrs 01h 29min 26s

9/ 4MyPlanet2 (Barrier/Quiroga)

en 4jrs 02h 44min 30s (+5 minutes)

Cap sur 2020, le teaser du Vendée Globe

Un peu plus de trois minutes de film pour résumer bientôt trente ans de Vendée Globe, pour donner envie à de nouveaux partenaires de participer à l’aventure, pour prendre date. Tel est le message du nouveau film d’annonce du Vendée Globe 2020.

On y trouve pêle-mêle l’émotion des départs quand il s’agit de descendre le chenal des Sables d’Olonne, les émotions mais aussi les doutes parfois, les moments forts, les drames.

Le Vendée Globe c’est aussi un suivi médiatique sans précédent, une course au large qui mobilise des centaines de milliers de spectateurs chaque jour entre le site Internet de la course, les réseaux sociaux et le suivi de l'événement par tous les grands médias.

Trois minutes d’images pour mieux comprendre la magie de ce tour du monde unique à découvrir de toute urgence.

 
Teaser Vendée Globe

????️ NOUVEAU TEASER ????️ Moments forts, moments sports : 3 minutes d'images pour mieux comprendre la magie du Vendée Globe, un tour du monde unique pour les skippers et leurs équipes, mais aussi pour des centaines de milliers de spectateurs ! Nouveau départ dans 8️⃣8️⃣8️⃣ jours : partagez largement !

Posted by Vendée Globe on Monday, June 4, 2018

 

La route vers le Vendée Globe est ouverte !

La route vers le Vendée Globe est ouverte !
© Studio Borlenghi/S.Gattini

Yves Auvinet, le Président de la SAEM Vendée, était présent vendredi à Monaco pour le lancement des Monaco Globe Series, première course du tout nouveau calendrier de l’IMOCA Globe Series et première étape de qualification pour le Vendée Globe 2020.
Pour le Président de la SAEM Vendée, comme pour les autres organisateurs de course présents à Monaco, cette première étape du championnat du monde IMOCA 2018-2021 est porteuse de bonnes nouvelles : « Ensemble, nous avons fait en sorte que les skippers puissent travailler dans la durée, préparer leur programme de course et se qualifier pour l’édition 2020 du Vendée Globe. Les Monaco Globe Series sont donc la première course dont les milles parcourus compteront pour la qualification. Le contexte global nous permet d’être « riches » de beaucoup de candidatures. Nous avons ainsi décidé de tout faire pour ne prendre personne par surprise et, même si certains choix auraient pu ne pas satisfaire tout le monde, les choses sont claires et établies pour les quelque quarante projets en lice pour le prochain Vendée Globe. Les IMOCA Globe Series sont l’aboutissement de décisions collégiales qui vont permettre aux sponsors de valoriser leur investissement, ce qui est très important à nos yeux. Ce système permet enfin au Vendée Globe de rester maître de son événement et de ses spécificités si fortes. Dans les IMOCA Globe Series, chaque course écrira son histoire et nous espérons leur succès, mais nous sommes bien placés pour l’affirmer, il faut du temps pour écrire les plus belles histoires ».

Le programme de course des IMOCA Globe Series

Juin 2018 : Monaco Globe Series
Novembre 2018 : Route du Rhum Destination Guadeloupe

Printemps 2019 : Course à venir
Novembre 2019 : Transat Jacques-Vabre

Printemps 2020 : The Transat, puis New York – Vendée Les Sables d’Olonne
Novembre 2020 : Vendée Globe
Le classement des IMOCA Globe Series sera établi grâce à un système de points pondérés par des coefficients.
 

Bermudes 1000 Race : au coude à coude

Bermudes 1000 Race : au coude à coude
© Ricardo Pinto / Bermudes 1000 Race

Les concurrents de la Bermudes 1000 Race entre Douarnenez et Cascais sont arrivés à bon port à l’exception de Louis Burton (Bureau Vallée 2) qui a préféré revenir sur Lorient suite à la constatation d’un bruit anormal et persistant sous la coque de son bateau.

Ce qu’il faut retenir de cette première épreuve de l’année 2018 :

  • Paul Meilhat (SMA) est toujours aussi affuté. En tête dès le début de course, il a su tirer toute la quintessence de son monocoque et résisté à l’offensive des foilers.
  • Sam Davies (Initiatives Cœur), pour son retour au solitaire, a montré qu’il faudrait compter sur elle à l’occasion du prochain Vendée Globe. Elle finit à moins de 15 minutes du vainqueur malgré quelques soucis techniques qui l’ont lourdement handicapée en début de course.
  • Pour Fabrice Amedeo (Newrest - Art & Fenêtres) et Manuel Cousin (Groupe Setin), l’objectif premier était avant tout de se qualifier pour la prochaine Route du Rhum. C’est désormais chose faite.
  • Damien Seguin (Groupe Apicil) qui naviguait en double avec Jean Le Cam a pu optimiser la prise en main de son Imoca en bénéficiant des conseils du navigateur finistérien qui, fort de ses quatre participations au Vendée Globe, a dirigé la refonte du bateau de Damien.

Cap maintenant sur la Méditerranée du 1er au 8 juin pour les Monaco Globe Series. Plusieurs équipes ont prévu de profiter de cette incursion sur la Grande Bleue pour inclure des journées de relations publiques sur la côte d’Azur autour de l’événement.

L’horizon s’éclaircit pour Yann Eliès

L’horizon s’éclaircit pour Yann Eliès
© Yvan Zedda

Ce n’est pas encore la certitude d’être au départ du Vendée Globe, mais c’est déjà un grand pas en avant. Yann Eliès qui, malgré son indéniable talent et un palmarès éloquent, peinait à trouver un partenaire vient d’obtenir la garantie d’être au départ de la prochaine Route du Rhum – Destination Guadeloupe.

C’est la société de location UCAR qui a décidé de s’engager aux côtés du récent vainqueur de la Transat Jacques Vabre avec Jean-Pierre Dick. C’est d’ailleurs sur le même bateau qu’il s’alignera au départ de Saint-Malo.

Pour autant, l’ambition de Yann Eliès reste identique : pouvoir disposer d’un budget suffisant pour construire un bateau neuf et prétendre à la victoire en janvier 2021 aux Sables d’Olonne.

 

 

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016