Kojiro SIRAISHI

Portrait

Kojiro SIRAISHI

52 ans

Kamakura (Japon)

Il a une histoire à boucler. Kojiro Shiraishi avait eu le privilège de devenir le premier marin asiatique à participer au Vendée Globe en 2016, mais n’avait pas pu aller au bout de son périple suite à son démâtage dans l’océan Indien. Cette fois-ci, Kojiro va, de plus, bénéficier d’une machine dernier cri pour tenter de tenir la dragée haute aux favoris désignés de cette édition 2020. Le navigateur japonais a quelques arguments à faire valoir : outre la mise à disposition d’un IMOCA de dernière génération, il possède une expérience non négligeable autour du globe. En 2006, il termine en effet deuxième de la Velux Five Oceans derrière un certain Bernard Stamm après avoir participé à plusieurs campagnes en multicoque aux côtés de marins confirmés comme Lionel Lemonchois ou Bruno Peyron.

En 2016, son bateau s’appelait Spirit of Yukoh, en hommage à Yukoh Tada son mentor. Marin d’exception, poète, musicien et chauffeur de taxi à l’occasion, il a littéralement formé Kojiro avant de se suicider en Australie pendant le BOC Challenge 1991. Il reste le modèle dont s’inspire le navigateur japonais : sur le tableau arrière de son monocoque, Kojiro n’a pas omis d’inscrire le nom officiel du navire : Spirit of Yukoh V.

Le temps du Vendée Globe 2016, le Japonais avait subjugué le grand public par son humour et sa délicatesse. Il avait aussi gagné le respect de ses concurrents qui avaient découvert un marin atypique mais qui mérite toute sa place au sein de la famille.

Palmarès

Contact Presse

Shota KANDA

shotakanda@gmail.com

+33 (0)6 40 23 34 17

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016