16 Janvier 2015 - 16h24 • 2976 vues

Partager

Article

On parle souvent des six plans VPLP-Verdier actuellement en constructions et dont les mises à l’eau s’échelonneront dans l’année 2015. Mais il ne faut pas oublier qu’un septième IMOCA neuf sera au départ du prochain Vendée Globe, le 6 novembre 2016 : le Spirit of Hungary de Nandor Fa. Pour prendre en main sa monture, le navigateur hongrois est actuellement engagé dans la Barcelona World Race, le tour du monde en double, aux côtés du Néo-Zélandais Conrad Colman.

« Nous sommes encore en phase d’apprentissage. Nous ne savons pas à quoi nous attendre. Mais je ne suis pas inquiet car je n’ai pas de comptes à rendre à un partenaire. Je suis décontracté, je veux juste que nous fassions une belle course. Pour moi, bien naviguer, c’est être en accord avec la nature, me faire plaisir à aller vite, apprécier la vie en mer. C’est plus important que de lutter en tête de peloton. » Ainsi parlait Nandor Fa, peu avant le départ de la Barcelona World Race, donné le 31 décembre dernier à Barcelone. Contrairement aux six marins qui se font construire des plans VPLP-Verdier dans la perspective du Vendée Globe, le skipper hongrois de 61 ans n’est pas épaulé par une importante équipe technique. De fait, il a dessiné et participé très activement à la construction de son Spirit of Hungary, mis à l’eau au printemps dernier. Conséquence logique de cet investissement personnel important, la naissance de ce 60 pieds IMOCA ne s’est pas faite sans difficultés. Nandor Fa : « J’ai commencé à construire le bateau en 2012 et j’ai alors demandé au comité technique de l’IMOCA ce qui risquait de changer. Ils m’ont dit de concevoir le bateau, que ce serait OK. C’est au moment où nous avions quasiment achevé la construction que les règles ont changé. Nous avons dû changer pas mal de choses, revoir le gréement, les ballasts. Ce fut une période compliquée. » Initialement prévu pour disputer la New York – Barcelona, Spirit of Hungary a dû repasser en chantier à cause d’un début de délaminage de la coque. La Barcelona World Race constitue donc le premier test grandeur nature.

Nandor Fa, skipper de Spirit of Hungary© Gilles Martin-RagetSpirit of Hungary, un bateau à fiabiliser
Accusant rapidement un retard conséquent sur la tête de la flotte du tour du monde en double, Nandor Fa et Conrad Colman ferment la marche après un peu plus de deux semaines de courses. Ils accusent ce vendredi 16 janvier un retard de plus de 700 milles sur Bernard Stamm et Jean Le Cam (Cheminées Poujoulat), les nouveaux leaders après l’abandon sur démâtage du duo Alex Thomson/Pepe Ribes (Hugo Boss). « C’est très difficile trouver des points de comparaison en termes de vitesse pure par rapport aux autres bateaux car nous naviguons dans des systèmes météo différents », explique Nandor Fa. « Parfois, nous sommes rapides mais jamais très longtemps, nous avons progressé jusqu’à 17 nœuds avant de revenir à 14 nœuds. Le bateau est tout nouveau, il y a des petits problèmes tout le temps. Nous sommes constamment occupés avec le matériel à l’intérieur comme à l’extérieur. Nous avons besoin de références et de temps pour bien le connaître. Mais il est globalement bon. Nous n’avons pas eu le temps de nous préparer pour la course. Nous voyons aujourd’hui des petites choses à améliorer. Nous sommes toujours très motivés et même si nous ne sommes pas vraiment dans le groupe, nous restons dans la course. Nous observons la flotte. Nous faisons notre travail, recherchant un rythme de course, ce pour quoi nous sommes venus. » Pour Nandor Fa, l’essentiel est donc de fiabiliser le bateau et de terminer ce tour du monde. D’ici au prochain Vendée Globe, il participera aussi à la Transat Jacques Vabre 2015 et à la Fastnet Race.