Actualité

3 questions à… Pieter Heerema (#16)

Pieter Heerema (NL), skipper No Way Back, portraited during prestart of the Vendee Globe, in Les Sables d'Olonne, France, on October 19th, 2016 - Photo Vincent Curutchet / DPPI / Vendee Globe

Portrait de Pieter Heerema (NL), skipper No Way Back, aux Sabl

Tu fais partie des deux bizuths qui partiront sur un foiler. Est-ce un challenge supplémentaire ?
C’est un peu fou de débuter sur un bateau surpuissant, le plus moderne, le plus physique, mais c’est un défi technologique. Ce sont des bateaux fabuleux. Quand tout fonctionne bien, le navire est rapide et c’est vraiment intéressant. J’ai hâte de découvrir son plein potentiel. J’ai rencontré des vents forts en Atlantique, mais je ne contrôlais pas tout à fait. Dans le sud avec le vent et les grosses vagues, j’espère en tirer la quintessence.

Te fixes-tu un objectif ?
Ma position finale ne compte pas vraiment pour moi. J’essayerai d’être rapide, mais pas trop rapide. Septième ou 17ème, peu importe. C’est une opportunité unique pour moi. Je ne vise pas la victoire et je ne vais pas m’énerver en voyant des bateaux autour de moi. Seulement 50% des bateaux bouclent ce voyage, voire même 30% lors de l'avtn-dernière édition (2008-2009). Je n’ai pas d’expérience, je suis plus vieux. Mes chances de subir une casse sont d’autant plus importantes. Ce serait dommage, car j’ai dépensé beaucoup de temps et d’énergie sur ce projet. Je veux boucler le tour du monde. C’est cela mon objectif.

Le Vendée Globe a-t-il un écho aux Pays-Bas ?
Je suis plus connu ici qu’aux Pays-Bas. Le Vendée Globe n’est pas très connu, mais avec ma participation, les gens commencent à en parler. J’aimerais bien que cela génère encore plus d’intérêt. On verra peut-être plus de participants la prochaine fois, voire des jeunes qui s’élanceront. J’espère que ceci n’est que le début. Je voudrais bien aider un jeune, mais cela demanderait un engagement total. Je ne souhaite pas devenir une école de voile, mais si quelqu’un veux se donner à fond, je serais prêt à l’aider.

Propos recueillis par Guillaume Daumail et Olivier Bourbon / M&M

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016