Le Vendée Globe et l’Espace

[DIRECT #VG2016] Le Vendée Globe, vu de l'espace

Aerial shot of an iceberg off the Kerguelen Islands, spotted by the National French Marine Nivose Frigate, during the Vendee Globe, solo sailing race around the world, on December 1st, 2016 - Photo Marine Nationale / Nefertiti / Vendee GlobePhoto aérien

Comment localise-t-on les skippers du Vendée Globe, information clé pour le classement de cette course mythique ? Comment sécurise-t-on la course en détectant les icebergs les plus menaçants ? 

[DIRECT #VG2016]​ RDV le 14 décembre prochain, à partir de 16h30

Vendée Flash par VendeeGlobeTV

 

Pour répondre à ces questions, il faut se placer à des centaines de kilomètres des skippers, dans l’espace, à bord des satellites utilisés par CLS (Collecte Localisation Satellites), filiale du CNES (Centre National d’Etudes Spatiales). Suivez en direct ce théma, animé par les équipes du Vendée Globe, et qui donnera la parole aux experts de la discipline qui vous présenteront les situations observées de l’espace depuis le début de la course !

Une course localisée par satellites.

Tout au long de la course, les voiliers du Vendée Globe 2016 sont suivis par satellite grâce à CLS. Chaque bateau est équipé de balises de localisation et d’assistance « MAR YI ». Les balises émettent régulièrement un message qui permet de localiser le bateau. Grâce à cette localisation, le PC course peut établir le classement, fournir une cartographie au public mais également améliorer la sécurité des skippers en mer.

Chaque skipper du Vendée Globe est équipé de balises de localisation MAR-YI, développées par CLS.

Des icebergs menaçants détectés depuis l’espace.

CLS met au service du Vendée Globe son expertise en traitement de données satellitaires en imagerie radar  et données altimétriques (mesure de la hauteur de mer) et modélisation de courants océaniques pour détecter la présence et prévoir la dérive des icebergs tout autour de l'Antarctique.

Sur les deux dernières éditions du Vendée Globe, plusieurs dizaines d’icebergs, pouvant menacer le parcours des skippers, ont été détectés par CLS.

Des centres des opérations spatiales sur le qui-vive H24, basé à Toulouse et à Brest

CLS met ses meilleures équipes au service de la course et de sa sécurité. Depuis Toulouse et son centre des opérations, elle recueille les données de près de 130 satellites. Parmi ces satellites, certains contribuent à localiser les skippers en temps réel, à recueillir les conditions de mer (température, courants, etc.), informations clés pour prévoir la dérive des icebergs détectés et depuis Brest et sa station radar VIGISAT, station unique en France, d’acquisition d’images satellites radar haute résolution, elle détecte les icebergs grâce à des algorithmes développés sur mesure pour les glaces et par l’œil affuté d’analystes expert en détection d’icebergs.

CNES [DIRECT #VG2016] LE VENDÉE GLOBE VU DE L'ESPACE - 14/12

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016