Actualité

Dernière ligne droite

Sebastien Destremau (FRA), skipper Technofirst Face Ocean, at start of the Vendee Globe, in Les Sables d'Olonne, France, on November 6th, 2016 - Photo Jean-Marie Liot / DPPI / Vendee GlobeSebastien Destremau (FRA), skipper Technofirst Face Ocean, au dép

Après deux empannages à suivre cette nuit, Louis Burton peut désormais envisager son arrivée en Vendée en milieu de semaine prochaine car cette dépression qu’il a attrapée après une remontée laborieuse depuis l’équateur, va le propulser jusqu’à l’arrivée avec entre 20 et 30 nœuds de vent de secteur Sud-Ouest. Le skipper de Bureau Vallée va ainsi pouvoir tirer tout droit vers Les Sables d’Olonne en passant probablement entre l’île de Faïal et Florès avant d’incurver très légèrement sa route pour éviter de raser le cap Finisterre, toujours très animé par ce secteur de vent.

Le dernier Pacifique

Moins de 6 000 milles plus au Sud, Sébastien Destremau va devoir se méfier d’une perturbation australe qui le rattrape et va le concerner ce week-end alors qu’il approche du détroit de Drake : des vents de plus de quarante nœuds de Nord-Ouest sont attendus le long de la cordillère des Andes et le skipper de TechnoFirst-faceOcean devra être très prudent ce vendredi car la mer va se former. Mais normalement, ce passage violent ne devrait pas durer plus de 24 heures et dimanche, le cap Horn ne sera balayé que par une brise d’une vingtaine de nœuds.

Dans l’Est des Falkland, Pieter Heerema (No Way Back) profite d’un flux de Nord-Ouest musclé pour longer la Zone d’Exclusion Antarctique (ZEA) afin de remonter vers le cap Frio dans le sillage de Didac Costa (One Planet-One Ocean) et de Romain Attanasio (Famille Mary-Étamine du Lys) qui n’est plus qu’à trente milles du tableau arrière de l’Espagnol ! Un retour au contact qui n’est pas sans rappeler le combat acharné que se livrent Fabrice Amedeo (Newrest-Matmut) et Arnaud Boissières (La Mie Câline) en bordure de l’anticyclone de Sainte-Hélène. Mais attention au retour du Suisse Alan Roura (La Fabrique) et de l’Américain Rich Wilson (Great America IV) qui est bien positionné dans ce long louvoyage vers le cap Frio.

Quant à Éric Bellion (CommeUnSeulHomme) qui maintient son avance sur Conrad Colman (Foresight Natural Energy), il est ce jour à la latitude de Recife où les alizés sont encore poussifs de secteur Est. À 500 milles de l’équateur, le solitaire n’a semble-t-il pas trop intérêt à gagner dans l’Est car le Pot au Noir est relativement développé ces jours prochains alors que plus au Nord, les alizés sont bien au rendez-vous pour Nándor Fa (Spirit of Hungary) qui allonge la foulée et entame sa grande « volta » : le contournement de l’anticyclone des Açores avant de piquer sur la Vendée, comme son prédécesseur Louis Burton…

 

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016