Actualité

Vacations : Arnaud Boissières « L’arrivée me semble à la fois proche et lointaine »

Onboard image bank of the IMOCA boat

Arnaud Boissières (La Mie Câline) :

« Les milles de tous les dangers »
« Je suis à moins de  1000 milles de l’arrivée. Ce sont les milles de tous les dangers, tout peut se produire à n’importe quel moment. Je suis marqué par ce qui est arrivé à Conrad (Colman), ça me fait peur. En ce moment je suis au près, ça tape pas mal. Je prends chaque chose en son temps. La dernière étape pour moi sera le cap Finisterre. Le vent devrait s’orienter à l’Ouest. Cela va me permettre de longer le Portugal. Pour le golfe de Gascogne ça reste l’inconnu, les vents devraient être faibles. Scénario à suspense jusqu’à l’arrivée ! »

Une arrivée le 16 ou 17 février
« J’espère arriver entre le 16 et le 17 février. Je ne ressens pas d’appréhension par rapport au retour à terre, plutôt de l’excitation. L’arrivée me semble à la fois proche et lointaine. Je suis content de boucler la boucle mais j’essaye de ne pas trop y penser. »

« Le Vendée Globe c’est le meilleur moyen de perdre du poids ! »
« Niveau nourriture je suis royal, j’avais fait des économies en descendant l’Atlantique. Ma compagne avait mis des compléments à droite à gauche. J’ai maigri, le Vendée Globe c’est le meilleur moyen de perdre du poids ! Physiquement ça va mais la fatigue est là. Pour se lever, les jambes ne suivent pas toujours, tout est un peu plus dur, le bateau est aussi fatigué que le bonhomme. Nous allons tenir le coup ensemble, nous sommes solidaires. Quand je vois tout ce que mon bateau a encaissé depuis deux jours, je me dis qu’il est plus fort que moi ! »

Photo sent from the boat La Mie Caline, on January 22nd, 2017 - Photo Arnaud BoissieresPhoto envoyée depuis le bateau La Mie Caline le 22 Janvier 2017 - Photo Arnaud BoissieresBonjour Pour cause de passage de CapHorn dimanche dernier, le barbier n'es

Vacation de 12h avec Arnaud Boissieres

 
Current Time 0:00
Duration Time 0:00
 

Rich Wilson (Great American IV) :

« Je vais bien. Je n’ai pas beaucoup de vent. Une zone sans vent devrait arriver, je vais la contourner par le Sud pour continuer à avancer. C’est dur d’avoir de telles conditions, mais cela me permet de faire un check du bateau et de vérifier que tout va bien à bord. Physiquement je me sens beaucoup mieux qu’en 2008, et je sens que le bateau va mieux aussi.
J’ai échangé avec Fabrice Amedeo, il voulait me parler de ce qu’il se passe dans le monde mais je veux vraiment rester concentré sur ma course et sur la ligne d’arrivée aux Sables d’Olonne alors je ne voulais pas en savoir davantage. Je serai très heureux d’arriver aux Sables d’Olonne pour la deuxième fois. Après le Vendée Globe je vais me poser un peu. Je ne sais pas encore si je referai une course de cette envergure.
»

Rich Wilson (USA), skipper Great American IV, at start of the Vendee Globe, in Les Sables d'Olonne, France, on November 6th, 2016 - Photo Jean-Marie Liot / DPPI / Vendee GlobeRich Wilson (USA), skipper Great American IV, au départ du Vendée Globe, aux S

Vacation de 12h avec Rich Wilson

 
Current Time 0:00
Duration Time 0:00
 
Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016