Actualité

Stéphane Le Diraison vise le Vendée Globe 2020 avec un IMOCA neuf

Stephane Le Diraison (FRA), skipper Compagnie du Lit - Boulogne Billancourt, portraited during prestart of the Vendee Globe, in Les Sables d'Olonne, France, on November 1st, 2016 - Photo Vincent Curutchet / DPPI / Vendee Globe

Portrait de Stephane Le Dir

Avant son abandon survenu le 17 décembre dernier, à 700 milles des côtes australiennes, Stéphane Le Diraison réalisait une jolie course, occupant la 10e position au moment où son mât l’a trahi. Stéphane était ensuite parvenu à rallier Melbourne sous gréement de fortune, heureux de ramener son bateau à bon port mais frustré de n’avoir pu boucler son tour du monde. Très vite, il a  fait part de son envie de revenir encore plus fort en 2020. Huit mois après son démâtage, la situation s’éclaircit pour Stéphane Le Diraison qui prépare activement son retour sur la scène sportive.

Remettre en état son bateau actuel, lancer la construction d’un IMOCA neuf…
La première étape est de trouver un mât d’occasion afin de pouvoir remettre en service son plan Finot-Conq lancé en 2007. Stéphane Le Diraison : « Depuis son rapatriement en France en cargo, mon bateau est dans un hangar à Caen. J’ai choisi de l’immobiliser le temps de dessiner le contour du projet. J’ai eu plusieurs pistes sérieuses pour racheter des mâts mais elles n’ont pas abouti pour différentes raisons, pas toujours très claires... Je suis donc toujours à la recherche d’un mât de remplacement. J’ai le budget pour racheter un gréement mais je n’en trouve pas à vendre, c’est une situation singulière ! » Stéphane espère toutefois remâter son IMOCA à l’automne, pour une remise à l’eau prévue début 2018.
© Olivier Bourbon / M&MEn parallèle, Stéphane Le Diraison construit un projet pour convaincre de nouveaux partenaires de s’engager à ses côtés (La Compagnie du Lit n’est pas en mesure de poursuivre son engagement compte tenu des nouvelles ambitions du skipper). « Mon objectif est de participer à la Route du Rhum 2018 sur mon fidèle bateau mais c’est avec une nouvelle monture que je souhaite participer au Vendée Globe 2020 », précise Stéphane Le Diraison. « Cet automne je vais tâcher de faire aboutir les discussions en cours avec un partenaire sérieux qui se montre très intéressé par mon projet et mon double profil d’ingénieur et de navigateur. Les premières étapes de la discussion sont largement franchies, nous entrons dans la phase de concrétisation du projet en travaillant sur les enveloppes budgétaires, les plannings, l’organisation… L’affaire semble sur des bons rails. Si le projet aboutit, la construction d’un IMOCA neuf sera l’option retenue car il n’y a plus de très bons bateaux d’occasion sur le marché. C’est bien entendu une perspective très excitante, un rêve ! Mais tant que le partenariat n’est pas signé, il faut rester très prudent. Je garde mon sang-froid et je reste patient. »

« Mes ambitions sont à la hausse car je ne suis plus le même ! »
S’il parvient à concrétiser ce partenariat, Stéphane Le Diraison reviendra sur le Vendée Globe beaucoup mieux armé que pour sa première participation, avec un IMOCA au top niveau et une préparation plus aboutie. « Je suis heureux de ma première participation. J’ai réalisé une belle prestation malgré mon peu d’expérience en IMOCA et un temps de préparation très court », explique Stéphane. « J’aspire à quelque chose de plus ambitieux pour le Vendée Globe 2020 car je ne suis plus le même : j’ai parcouru 22 000 milles avec mon IMOCA, dont 15 000 milles en course. J’ai compris comment ces bateaux fonctionnent, comment on communique sur ces projets. J’ai envie d’y aller sans complexe, en m’entourant de gens expérimentés. J’aurais pour ambition de naviguer devant ! »
Affaire à suivre pour Stéphane qui espère donc annoncer une belle nouvelle dans les mois qui viennent…

Olivier Bourbon / M&M

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016