15 Octobre 2020 - 19h27 • 4732 vues

Partager

Article

Les derniers jours ont été particulièrement denses pour Sébastien Destremau, soumis comme la totalité de la flotte à l’obligation d’avoir entre les mains le certificat de conformité à la jauge IMOCA ce jeudi 15 octobre à 12h00. Son moteur électrique a failli le pousser hors du Vendée Globe. 
 

Depuis plusieurs jours, le moteur de propulsion électrique posait divers soucis au skipper de Merci, l’empêchant d’obtenir le blanc-seing délivré par le comité technique, dirigé par René Boulaire, responsable des opérations de jauge de la Classe IMOCA.

Sébastien Destremau avait remporté des victoires significatives, renforçant la capacité de propulsion de l’IMOCA Merci par des modifications sur l’hélice, et la sécurité par le changement de câbles électriques. Restait le test de longévité, tenté et manqué mercredi soir : les batteries n’étaient pas en mesure de pousser Merci plus de 2h15, loin des 5 heures requises, pour une distance à parcourir de 25 milles. Après avoir réussi à obtenir une dérogation auprès de la direction du Vendée Globe, sensible à son cas et au fait que sa situation n’était plus liée à des problèmes structurels, Sébastien Destremau a pu changer des batteries lithium et repasser un test dans la soirée de vendredi à samedi, concluant cette fois-ci.

Sur le fil, Sébastien Destremau (Merci) a pu obtenir son certificat de jauge avant l’inauguration du Village Départ. Ce fut chaud ! Il raconte : « Je suis ravi que nous ayons réussi à passer le test (de durée, vendredi soir, ndlr), mais je n’avais plus une minute à perdre à la fin. La vérité, c’est que je sais que c’est de ma faute. Je n’ai pas eu le temps de mettre toute l’énergie qu’il fallait dans le projet. Je fais la course pour moi, pour voir si j’en suis capable.

Mon bateau est équipé d’un moteur électrique. Les règles de jauge m’imposent d’être capable d’avancer pendant cinq heures au moteur pour parcourir 25 milles. Il y a deux jours, j’ai passé ce test, qui a échoué parce qu’une batterie dysfonctionnait. Le Comité Technique m’a permis de refaire un test hier soir (vendredi) et, avec de nouvelles batteries, nous avons rempli les objectifs de ce dernier test. Le système (moteur, de Merci, ndlr) est bon, mais il aura besoin de plus développements à l'avenir. Nous étions un peu courts en capacité de batterie, nous manquions de puissance et, pour passer le test de puissance, nous avions déjà changé l’hélice.

Je comprends que la règle exige que vous ayez un moteur efficace et je respecte cela, je tenais toutefois à faire passer un message environnemental.​

Mais les règles sont là : il y a deux jours, j’étais éliminé du Vendée Globe à cause de cette seule batterie. La décision était prise, par l’organisation, mais je les ai suppliés : ‘’Vous voulez que je sois disqualifié pour une simple batterie ?’’ et ils m’ont donné une toute dernière chance. Laura Le Goff (Directrice générale du Vendée Globe) et Jacques Caraës (le directeur de course) ont été fantastiques. Je veux leur dire merci pour leur travail acharné et la dernière chance qu’ils m’ont accordée 
».

VENDEE LIVE : rendez-vous tous les jours à 12h30 (en français) et 13h30 (en anglais) - VENDEE FLASH : rendez-vous tous les jours à 18h15 (en français) et 18h30 (en anglais)