21 Novembre 2020 - 07h28 • 13711 vues

Partager

Article

« Les températures commencent à diminuer, le taux d’humidité est moins important, c’est un peu plus supportable en ce moment. La journée, c’est impossible de dormir à l’intérieur du bateau. J’attends 18h pour y aller. C’est assez perturbant sur le rythme à bord. J’ai fait une sieste cette nuit, et là je me fais un petit thé avec des Fingers au chocolat. Je vais faire un peu de météo et télécharger le classement de 4h. »

« Je suis dans un vent assez serré depuis plus de 24 heures, aux alentours des 70-80°. J’ai l’impression que les copains de devant glissent un peu plus. Cela devient un peu monotone, je n’ai pas l’habitude. Nous allons être sur le même bord pendant plusieurs jours, avec pas beaucoup de réglages, pas de changement de voiles. C’est la première fois que ça m’arrive d’être aussi longtemps sur le même bord. La descente de l’Atlantique Sud va se faire sur le même angle, assez serré. Ce n’est pas hyper rapide du coup pour moi. Mon bateau n’est pas super puissant, ce sont clairement des conditions pour les foilers, mais cela fait partie du jeu.

Je pense que c’est une étape à franchir sur le Vendée Globe ! Je me rends bien compte de la durée de l’épreuve. Moi, j’adore la régate au contact, j’adore manœuvrer, presque j’adore quand c’est dur. Ce n’est pas la partie du Vendée Globe que je préfère, c’est un peu monotone."

A propos de la solitude

"J’aime avoir des nouvelles de la terre, j’échange avec plein de gens, cela me permet de divaguer un peu, de sortir la tête du bateau. Je lis des news qui n’ont rien à voir avec la course, des petits articles, je ne suis pas un marin solitaire pur. Mais je me cale bien sur les rythmes que le bateau m’impose, je suis bien."

A propos de nourriture et d’hydratation sous ces chaudes latitudes…

"Il me reste du pain des Sables d’Olonne ! Je mange des graines, un peu de charcuterie pour les protéines et puis pas mal de compotes. Pour l’eau, c’est compliqué, je ne bois pas assez. C’est la première fois aussi que je fais une course où il y a besoin d’un dessalinisateur. J’ai l’impression de moins boire parce que l’eau est moins bonne. J’ai moins envie de boire, je me force à boire une eau que je n’apprécie pas trop, environ 2,5 l à 3 l."

Maxime Sorel, V and B-Mayenne

VENDEE LIVE : rendez-vous tous les jours à 12h30 (en français) et 13h30 (en anglais) - VENDEE FLASH : rendez-vous tous les jours à 18h15 (en français) et 18h30 (en anglais)