26 Janvier 2021 - 16h09 • 8655 vues

Partager

Article

Arnaud Boissières (La Mie Câline - Artisans Artipôle) a pris un peu de temps pour nous écrire. Dans un mot du bord envoyé aujourd'hui, le skipper nous fait part de sa bonne humeur et de son quotidien. 

" Bonjour,

Je suis en train de vivre mes derniers instants dans l’hémisphère Sud du Vendée Globe 2020-21. Je suis avec attention la tête de course. Yannick (Bestaven), mon champion, il va falloir être fort en maths pour faire le décompte pour les arrivées.

Je suis passé à une vingtaine de milles de l’île Fernandho de Noronha sans la voir (là aussi j’y viendrais en croisière ; ça en fait des îles à explorer. 

Comme dit Stéphane Le Diraison, avec qui j’échange par message, on joue notre finale à nous et c'est top. On est quand même six bateaux assez proches et c’est ultra excitant. Là, c’est à couteaux tirés, même plus loin derrière, on se bat comme des chiffonniers. Ce Vendée Globe ne ressemblera à aucun autre !! Au final, aucun ne se ressemble et tant mieux, c’est ce qui donne envie d’y retourner (oui c’est un message).

Au lever du jour, j’avais un ciel noir chargé, un avant-goût du pot-au-noir... ou pas. Pour l’instant ça va, les images satellites sont observées, étudiées, décortiquées (comme un homard. Ça aussi j’aimerais bien en manger). 


Je fais attention à mon énergie consommée. J’en fait un sujet principal de mon mode de vie à bord. Je surveille la tension de courroie en bon apprenti mécano. La communication a du bon mais cela consomme énormément d’énergie et bien plus depuis quatre ans. Mon slogan est devenu “C’est pas Versailles ici “ et je rigole même si cela demeure un sujet de préoccupation. Par exemple, une vidéo de 2 minutes met 3 heures minimum (compressée pourtant) à s’envoyer ! Il n’y a pas la fibre ici, c’est certain.

Je croise environ deux cargos toutes les 24h. Ce sont comme de drôles d’immeubles qui se déplacent. Je les vois apparaître et se déplacer sur l’AIS. Le dernier croisé " FPMC C NOBLE - Tanker " avançait à 12 nœuds en direction du Sud-Est. Ils n’ont sûrement pas été dessiné par Verdier, Owen, Finot-Conq ou encore mon ami Romaric Neyhousser ! Pourtant je les aime bien.

Voilà, je vous raconte ma vie à bord de ce fabuleux bateau et avec ce projet de vie qu’est de faire le Vendée Globe. Je savoure. Ce n’est pas facile tous les jours. Je me bats et je me battrai jusqu’au bout, avec humour, en admiration devant les éléments, avec respect de mes concurrents et pour faire honneur à mes amis, ma famille et mes partenaires qui me font confiance pour la plupart depuis cinq ans voire plus (ma famille plus, mais ils n’ont pas le choix !!) 

PS : Yannick B, je compte sur toi ! "

Arnaud Boissières / La Mie Câline - Artisans Artipôle