En continu

22 Novembre 2021

17:38
Brève

LinkedOut à 1000 milles de l’arrivée

Thomas Ruyant et Morgan Lagravière ont pris une option sérieuse sur la victoire dans cette 15e Transat Jacques Vabre, dont l’issue approche. Les leaders sont en effet à 1000 milles de l’arrivée, avec 93 milles d’avance sur Apivia (Dalin-Meilhat) et 116 sur Charal (Beyou-Pratt). La situation est d’autant plus confortable que le tandem de LinkedOut ouvre la voie sur une trajectoire contrainte par la zone d’exclusion à la navigation le long des côtes sud-américaines, et qu’elle bénéficie d’une session d’alizés plus soutenus, le temps qu’Apivia et Charal entrent dans la même zone.


En ce lundi soir, 14 duos ont enroulé Fernando do Noronha. Les prochains à se présenter au waypoint seront Arnaud Boissières et Rodolphe Sepho, 15e.

ETA : Leader, LinkedOut est attendu sur la ligne d'arrivée ce jeudi, à 8h00 UTC. 

21 Novembre 2021

17:02
Brève

Un couloir et des pièges

A 1380 milles du but, en ce dimanche 21 novembre, la tête de la flotte engagée sur la Transat Jacques Vabre tire des bords inconfortables pour remonter le long du continent sud-américain. L’enjeu : sortir sans trop de dommages d’un pot au noir présumé plus facile, mais pas tant que ça puisqu’il s’est décalé dans l’ouest. Pour corser le tout, LinkedOut, Apivia et Charal tirent des bords le long d’un long couloir déclaré interdit à la navigation par l’organisation, afin d’éviter les plateformes pétrolières et les petits bateaux de pêche qui ne se signalent pas aux radars. La finesse des stratégies se heurte également à la présence des sargasses, ces algues poison de l’Atlantique qui prolifèrent avec la pollution. A cette heure, 7 bateaux ont viré la marque de parcours sous Fernando do Noronha. Le prochain à s’y présenter sera Fortinet – Best Western.

20 Novembre 2021

19:35
Brève

Pendant ce temps, à Fernando do Noronha…

La nuit dernière, LinkedOut, Apivia et Charal ont, dans cet ordre, passé la marque de parcours située dans le sud de la paradisiaque île de Noronha. 34 milles séparent le duo Thomas Ruyant/Morgan Lagravière de Charlie Dalin et Paul Meilhat, et le tandem Jérémie Beyou/Christopher Pratt compte 65 milles de retard sur les leaders au classement de 19h00 ce samedi. Une demi-heure plus tôt, Sébastien Simon et Yann Eliès modifiaient à leur tour le cap d’Arkea Paprec, direction Fort-de-France, avec environ 300 milles de retard. A leurs basques, Sam Davies et Nicolas Lunven (Initiatives-Cœur), 30 milles derrière. Le franchissement de cette marque de parcours permet d’avoir une vision plus nette des classements, et de constater que, dans le dos d’Arkea Paprec et de Initiatives-Cœur, un break a été réalisé. 11th Hour Team Malama, dernier-né de la flotte Imoca, est à 200 milles de la 5e place. CORUM-L’Epargne, si péniblement freiné aux premiers jours, a gommé avec énergie une partie de son déficit. 8e, et dans le même gruppetto, Romain Attanasio et Sébastien Marsset apprennent vite à faire avancer Fortinet Best Western, le bateau avec lequel Boris Hermann a terminé 5e du Vendée Globe 2020-2021.

19 Novembre 2021

17:49
Brève

Un virage dans la nuit

En ce vendredi, la tête de la flotte Imoca va enrouler par le sud l’île de Fernando do Noronha, petit bijou de biodiversité très protégé, posé à 350 kilomètres de Natal, la capitale de l’état du Rio Grande do Norte. En parant cette marque de parcours, les duos seront à 2000 milles de l’arrivée.

Le match à trois bat son plein entre LinkedOut, leader depuis trois jours, Apivia et Charal, positionnés respectivement à 33,2 et 55,6 milles du duo Ruyant/Lagravière. Les trois héros du Vendée Globe 2020-2021 et leur moitié de circonstance sont passés dans un pot au noir pas si facile à négocier. "On a eu pas mal de grains plutôt violents à gérer, souligne ce soir Charlie Dalin, preuve que cette zone de convergence intertropicale nous pose toujours quelques difficultés. C’est le prix du passage !"  Dans l’alizé qui souffle, selon les prévisions météo, à 14 nœuds environ, le trio affiche une belle vitesse en ce vendredi fin d’après-midi : 18,2 nœuds sur 24 heures pour Thomas Ruyant et Morgan Lagravière, 22,3 sur les 4 dernières heures (au classement de 17h00). Ça glisse, tant est si bien que le trou s’est creusé avec les poursuivants : collés par moments dans le pot au noir, Sam Davies et Nicolas Lunvent (Initiatives-Cœur) sont toujours 4e, mais à 312 milles de LinkedOut, juste devant Arkéa Paprec (Sébastien Simon – Yann Eliès). Premier Imoca à dérives droite, Groupe Apicil (Damien Seguin-Benjamin Dutreux) sont 12e, à 572 milles.

17 Novembre 2021

17:59
Brève

Qui va piano… va piano

16e, à 562 milles de la tête au classement de 16h00 ce mercredi, Manuel Cousin et Alexia Barrier Groupe Sétin – 4MyPlanet prennent leur mal en patience. Ici non plus, à l’abord des îles du Cap Vert, ça n’avance pas. Toujours pas. Quand Manuel Cousin résume, par un « C’est un peu long » qui a le mérite de la clarté, Alexia Barrier renchérit : « Sur la brochure, il y avait écrit la plus longue des transats en double, je confirme que ça va être ça ! » A bord, ils ne manquent pas de se réconforter : hier soir, c’était pâtes au pistou et parmesan, et il reste du frais pour les jours prochains.
Il reste aussi du boulot à abattre : bientôt vont se profiler les dévents du Cap Vert et le pot au noir, où il y aura sans doute des coups à jouer pour tenter de recoller à Isabelle Joschke et Fabien Delahaye (MACSF), qui font office de lièvres.

Devant, ça ferraille sévèrement entre LinkedOut, Charal et Apivia, mais les écarts semblent s’être creusés en ce mercredi, en tout cas entre le leader et ses deux poursuivants, désormais à 75 milles (au classement de 17h00). En l’absence d’alizés, les instabilités jouent les juges de paix, et toute accélération de vent est bonne à prendre. A ce petit jeu, Thomas Ruyant et Morgan Lagravière semblent particulièrement bien inspirés. Le skipper résumait la situation cet après-midi : « Nous avons réussi à faire la trajectoire que nous voulions et à être au bon endroit. Nous verrons comment va se passer la traversée du Pot-au-noir, il y a des ouvertures. Pour l’instant, il y a moins de ralentissement, enfin, moins que ce que j’imaginais. C’est même un peu plus violent que prévu, nous avons de la chance de le traverser en journée, l’activité orageuse est moins active, donc ce sont des signes qui nous laissent espérer qu’il ne sera pas trop violent pour nous…
Je m’attendais à plus long comme première moitié de course, nous avons quand même réussi à aller vite, nous avons toujours eu un peu plus de vent que ce que nous espérions, nous sommes dans les timings. J’ai commencé à regarder des ETA qui nous feraient arriver en Martinique autour du 25 novembre ».

Chargement ...

Fin de la liste

Pas de contenu disponible