En continu

28 Janvier 2021

11:37
Article

Boris Herrmann, 4e sur la ligne malgré l’incroyable coup du sort

Ce jeudi 28 janvier à 11h 19min 45sec (heure française), Boris Herrmann (Seaexplorer – Yacht Club de Monaco) a coupé la ligne d’arrivée après 80 jours, 20 heures, 59 minutes et 45 secondes de course autour du monde en solitaire sans escale et sans assistance, 11 heures 14 minutes 59 secondes derrière Yannick Bestaven (Maître CoQ IV), premier au temps officiel (après compensations). Son histoire, si belle, a pris un tour dramatique quand, à 90 milles de l’arrivée dans l’obscurité profonde, Seaexplorer – Yacht Club de Monaco est entré en collision avec un chalutier. Au ralenti, voiles déchirées, foil tribord endommagé et bout-dehors cassé, le skipper allemand a rejoint la ligne d’arrivée. Terrible, cette fortune de mer a privé Boris Herrmann du podium qui lui semblait promis.

07:37
Article

Boris Herrmann, le terrible coup du sort

Alors qu'il se préparait à passer la ligne d'arrivée en 3e position, avant compensations, Boris Herrmann (Seaxplorer - Yacht Club de Monaco) a connu une collision avec un chalutier. Dans une vidéo, le malheureux skipper allemand a raconté sa frayeur, son drame. 

27 Janvier 2021

09:52
Article

Arrivées : le point sur la situation

Charlie Dalin, Louis Burton, Boris Herrmann, Thomas Ruyant, Yannick Bestaven : il y a entre ces cinq-là le futur vainqueur du Vendée Globe. Le point sur la situation à 9h30 avec Christian Dumard, le consultant météo du Vendée Globe.

08:02
Brève

Message du bord de Boris Herrmann

Il fait assez chaud quand on fait des manœuvres. J’étais en train de passer du grand gennaker au petit gennaker et je suis devenu très lent parce que j'avais chaud. J'ai enlevé mon haut. Je me suis dit que c'était un jour avant l'arrivée, je pouvais prendre le risque d'être mouillé ! Et il n'a pas fallu longtemps pour être complètement trempé de la tête aux pieds. Une vague venant du côté recouvrant d’eau l'arrière du bateau et voilà. J'ai été un peu lent pendant la dernière heure à faire la manœuvre, ça a pris plus de temps que je ne l'aurais voulu. Il fait nuit noire en ce moment. Je ne sais pas comment aller plus vite. Il y a un peu de fatigue, c'est sûr, mais maintenant je suis sous petit gennaker, un ris, et le bateau accélère parfois jusqu'à 27 nœuds. J'ai 25 nœuds de vent au large du cap Finisterre en ce moment et ça devrait durer comme ça jusqu'à la fin. Je vais faire un peu de météo maintenant.

Boris Herrmann / Seaexplorer - Yacht club de Monaco

26 Janvier 2021

18:09
Article

Un dernier sprint au bout du suspense

« Il est urgent d’attendre », cet oxymore formulé aujourd’hui par Jacques Caraës, le directeur de Course du Vendée Globe, a du mal à éteindre l’excitation qui s’est emparée du public et des équipes face au scénario incroyable de cette fin de tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance. Dans un état de fatigue avancée après 79 jours de régate au contact, les cinq marins en lice pour les honneurs puisent dans leurs dernières réserves pour gagner cet ultime sprint contre la montre. Quelle que soit l’issue de la course, et l’ordre du classement après application des bonifications, ces cinq hommes méritent tous d’être salués pour leur mérite, leur combativité et leur talent.

Chargement ...

Fin de la liste

Pas de contenu disponible