Alan  Roura

Portrait

Alan Roura

26 ans

Lorient

Il existe de fortes chances pour qu’à nouveau, malgré les quatre années qui séparent deux éditions, Alan Roura soit de nouveau le benjamin du Vendée Globe. Mais le gaillard aura changé de statut d’une édition à l’autre. Entretemps, il aura consolidé ses partenariats, fait l’acquisition d’une machine autrement plus performante que le vénérable Superbigou conçu par Bernard Stamm pour le Vendée Globe 2000. Et surtout il n’aura pas cessé de naviguer.

Avant de s’engager dans le Vendée Globe 2016/2017, Alan pouvait se prévaloir d’une expérience en Class40 lors de la Route du Rhum 2014 et la Transat Jacques Vabre 2015. Mais son véritable point d’appui, ce sera la Mini-Transat de 2013. C’est là qu’il dit avoir développé cet art de la débrouille, cette capacité à ne jamais se laisser déborder, cette maitrise des émotions. « Quand on navigue près de trois semaines en véritable solitaire, sans aucun moyen de contact avec l’extérieur, on apprend beaucoup sur soi… » Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si son équipe est constituée pour l’essentiel d’anciens de la Mini.

Pour sa première participation au Vendée Globe, Alan n’avait pas d’autre objectif que de boucler son tour du monde proprement, en bon marin. Mais sa douzième place sur un des plus vieux bateaux de la flotte a révélé de nouvelles ambitions. Pour cette campagne 2020/2021, Alan a racheté l’ancien bateau de Bertrand de Broc, le plan Finot qui avait amené Armel Le Cléac’h sur le podium en 2009. Il a travaillé à une refonte complète de sa machine avec notamment l’adjonction de foils. Navigateur au long cours, particulièrement à l’aise, dès que la course dure, Alan s’est fixé ses objectifs : accrocher une place dans le top 10 pour espérer, en 2024, disposer d’une machine pour la gagne.

Palmarès

Contact Presse

Aurélia Mouraud

E-mail : aurelia.mouraud@gmail.com

Tel : 06 22 04 74 20

Snap code

Retrouvez-nous sur Snapchat
vendeeglobe2016